Le brasseur néerlandais a averti que la bière sera plus chère à court terme en raison de la flambée des prix des matières premières.

Plus tôt cette année, Heineken a averti que la bière serait plus chère cette année en raison de la hausse des prix de l’énergie et des matières premières. Le géant batave s’attend à une réduction de la consommation en raison de la hausse des prix. Ce n’est pas encore arrivé.

Au premier trimestre, le groupe, qui exploite 300 marques de bière, a réalisé un chiffre d’affaires de près de 7 milliards d’euros, contre plus de 5 milliards au premier trimestre 2021 et un bénéfice net de 417 millions d’euros, contre 168 millions d’euros annuels. plus tôt.

Ce chiffre n’inclut pas une perte d’environ 400 millions d’euros due au shutdown en Russie.

Des ventes en hausse de 20% en France

« La croissance du bénéfice net a été tirée par la croissance du chiffre d’affaires, la reprise de certaines parties de l’industrie de la restauration en Europe étant le principal moteur », a déclaré Heineken.

Les ventes de bière ont globalement augmenté de 5 % au premier trimestre 2021. En Europe, elles ont augmenté de 15 % par rapport au premier trimestre de l’année dernière, lorsque les restrictions sanitaires étaient toujours en place.

Les ventes ont augmenté de plus de 40 % au Royaume-Uni, de 30 % aux Pays-Bas et de plus de 20 % en France et en Italie. En Espagne, Heineken a connu une grève des camionneurs.

Mais alors que le coût des matières premières, en particulier des céréales, continue d’augmenter, Heineken a indiqué qu’il connaîtrait de nouvelles hausses de prix cette année.

À Lire  De Ferrari à Heineken, les entreprises continuent de fermer leurs portes en Russie

Rappelons toutefois que le constructeur a renoué avec les bénéfices depuis l’an dernier. En 2021, elle a affiché un bénéfice net de 3,32 milliards d’euros, contre une perte de 204 millions d’euros en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus. Il a ensuite supprimé 8 000 emplois.