POINTE SAINT-PIERRE

© Jean-Philippe Thibault – Actualités Gaspésie

La maison a été habitée jusqu’en 1959 et acquise en 2007 par Conservation de la nature Canada.

Si le Gargantua est parti en fumée et que le Château Dubuc s’est noyé dans la mer, la maison LeGros à Pointe Saint-Pierre sera au moins un des bâtiments historiques construits par le Rocher-Percé qui survivra aux intempéries.

Acquis en 2007 par Conservation de la nature Canada (CNC), en même temps que le terrain adjacent appartenant à la famille LeGros, la masure du 19e siècle aura droit à une première phase de construction ce printemps.

Les appels d’offres se clôtureront sous peu pour le soulever, creuser le sol et construire une fondation en béton, ce qui lui donnera une base solide pour sa conservation en vue d’autres réparations à venir dans les années à venir. La maison LeGros, construite entre 1880 et 1890, demeurera à son emplacement actuel.

« Nous nous retrouvons avec un bâtiment super intéressant avec des artefacts datant de la fin du 19ème siècle à des temps plus récents. Il est chargé d’histoire, alors à l’époque nous avons accepté l’héritage familial et nous nous sommes engagés à le préserver. C’est encore une maison solide, très bien construite. Il y a encore un bon potentiel de restauration et ce n’est pas en ruine », rappelle Olivier Perrotte Caron, chargé de projet pour l’Est du Québec au CNC.

Même s’il ne fait pas partie du mandat premier de l’institution de préserver le patrimoine bâti, il arrive parfois d’en prendre soin lorsque nécessaire. Conservation de la nature Canada a sous son aile deux ou trois bâtiments historiques au Québec. « Ça arrive parfois, mais c’est anecdotique. C’est souvent lié à la transaction. C’est un bon exemple ici parce qu’on avait intérêt à protéger le fond de la terre, qui a une biodiversité super intéressante. La maison est venue avec, alors on s’est dit que les gains de conservation étaient plus importants que les préoccupations liées à sa gestion et à sa conservation », ajoute Olivier Perrotte Caron.

À Lire  Cousances-les-Forges. Maison commune : un chantier en cours

La deuxième phase de la restauration complète de la maison LeGros n’a pas d’échéanciers ni de coûts associés, mais on peut imaginer que plusieurs centaines de milliers de dollars seront nécessaires. Des partenaires locaux, régionaux et provinciaux seront sollicités.

Un peu d’histoire

Au 18e siècle, les marins jersiais atteignent la pointe Saint-Pierre alors que la pêche à la morue est en plein essor au Canada. En quelques décennies, des centaines de résidents de Jersey ont émigré pour contribuer au développement de cette industrie dont le cœur est à Pointe Saint-Pierre. Ils construiront des maisons auxquelles ils intégreront des particularités de l’architecture victorienne typiques de leur région d’origine. La maison LeGros accueillera notamment la société LeGros Brothers, spécialisée dans la morue séchée.

Avec ses ornements, son grand escalier central et ses meubles anciens, la maison LeGros se démarque des autres édifices plus modestes de l’époque et évoque la richesse de la famille LeGros, propriétaire de l’emporium Pointe Saint-Pierre, et qui y vécut jusqu’en 1959.