Quel public choisit traditionnellement un séjour linguistique longue durée ?

« Les séjours de longue durée en langues (trimestre, semestre ou année d’étude) concernent avant tout les titulaires du baccalauréat et les étudiants.

Les bacheliers peuvent faire ce choix pour deux raisons : ils souhaitent améliorer leur niveau d’anglais avant de commencer leurs études où la maîtrise de la langue est essentielle et ils peuvent prendre plus de temps pour réfléchir à leurs études si le projet n’est pas encore défini, ce qui est souvent le cas à la fin du lycée.

Les étudiants peuvent profiter de l’année qui leur permet d’interrompre leurs études sans perdre leur statut d’étudiant. »

Comment se déroule un trimestre / un semestre ou une année d’étude de l’anglais ?

« Pendant le séjour linguistique de longue durée, les participants suivront des programmes de cours allant de 15 à 25 heures par semaine, selon les écoles. Si un élève suit un programme intensif de 22 heures et 30 heures sur 24 semaines, il suit donc 540 heures de cours, alors qu’un élève de Terminale S ou ES prend environ 75 heures de cours.

Pendant le séjour, l’étudiant peut se spécialiser et suivre des cours intensifs d’anglais oral ou des affaires, des cours de préparation aux examens ou des tests d’anglais (examens TOEFL, TOEIC, Cambridge)…

Les écoles sérieuses proposent aux élèves inscrits dans des programmes longs un suivi pédagogique renforcé, avec par exemple un parrain qui les suit régulièrement pour mesurer les progrès et les aider à surmonter les difficultés persistantes. »

Quels sont les bénéfices d’un séjour linguistique longue durée pour les étudiants ?

« Les avantages sont d’abord visibles sur le plan linguistique. Un séjour de longue durée permet des progrès significatifs du fait du volume d’heures passées, du nombre réduit d’élèves et du fait d’une pratique pédagogique plus innovante et interactive qu’en contexte scolaire.

Les écoles sérieuses sont vraiment particulièrement innovantes et savent créer des cours qui rendent les élèves actifs et les motivent. C’est aussi le rôle de l’agence de séjours linguistiques de choisir ces écoles, et pas d’autres qui peuvent être moins exigeantes et qui sont assez nombreuses.

Les bénéfices sont à la fois culturels et personnels : lors de ce type de séjour linguistique, les étudiants tissent des réseaux d’amitiés internationales, prennent conscience des différences culturelles, développent une ouverture et une capacité d’adaptation qui leur seront bénéfiques dans un environnement professionnel.

En dehors des cours, certaines écoles proposent un programme d’activités sociales et culturelles qui sont d’autres moments privilégiés pour rencontrer d’autres étudiants du monde entier. »

Quel budget faut-il prévoir ?

« Il faut être très clair dès le départ : un séjour linguistique de longue durée est un véritable investissement. Malheureusement, il existe de plus en plus de sites qui promettent un langage bon marché et promettent de sérieuses déceptions à ceux qui ne prendraient pas le temps de lire attentivement les obligations contractuelles et les conditions générales de vente.

À Lire  Monastères de la Visitation, Carmel et Espace Bernadette-Soubirous : repos spirituel à Nevers

Il est vraiment facile de proposer des tarifs attractifs lorsqu’une partie de l’enseignement se déroule devant l’ordinateur, ou avec un professeur non qualifié, ou en groupe avec de nombreux élèves ou même dans des écoles éloignées des grandes villes, ne permettant pas aux élèves de profiter de les opportunités culturelles et sociales du centre. Les équipements, les infrastructures, l’encadrement pédagogique des enseignants sont également des éléments à prendre en compte.

Les variations du taux de change de la livre et du dollar américain ont entraîné une hausse des prix dans les écoles britanniques et américaines. En revanche, l’Irlande, le Canada, Malte, l’Afrique du Sud sont des destinations financièrement plus abordables.

Enfin, le budget est souvent grevé par le logement, notamment dans des villes comme Londres ou New York. C’est pourquoi de plus en plus d’étudiants se contentent d’acheter des cours auprès d’agences de voyage étrangères, et parviennent ensuite à trouver un logement indépendant via des sites spécialisés. »

Y a t-il des pièges à éviter ?

« Le premier piège est de fixer une certaine durée de séjour quand la qualité de l’enseignement est importante. Un bon séjour intensif de quelques semaines dans une école qui offre des garanties de sérieux sera plus efficace qu’un séjour plus long dans une école qui propose des cours en chaîne standardisés donnés par des professeurs dont la seule qualité est d’être « natifs ».

Un autre piège, comme nous l’avons déjà dit, c’est que le prix est le premier critère de choix d’un séjour de longue durée dans la langue. C’est simplement un gaspillage d’argent qui a été dépensé.

Autre piège classique, le fait de s’inscrire directement à l’école implique de signer un contrat de droit étranger et donc de renoncer à toutes les garanties et protections du droit français. Vous devez alors assumer toutes les conséquences en cas de problème sur place ou en cas de litige durant votre séjour.

En s’inscrivant par l’intermédiaire d’une agence de séjours linguistiques, qui propose souvent des séjours au prix direct des écoles et donc sans frais supplémentaires pour le participant, la loi française s’applique et la responsabilité de l’agence est donc contractuellement engagée. De plus, il est conseillé de choisir une agence qui appartient à une association professionnelle reconnue comme l’UNOSEL.

Lorsque vous contactez une agence, il est important de savoir qui sont vos interlocuteurs : quelle est leur fonction, sont-ils votre interlocuteur privilégié, quelle est leur expertise pour vous conseiller : sont-ils commerciaux ou pédagogiques ? ont-ils déjà enseigné ? sont-ils déjà allés visiter des écoles de langues et suivre des cours… ? »