B3i, la société qui va développer la blockchain dans l'assurance, dépose le bilan

Fin juillet 2022, le consortium international de 21 assureurs et réassureurs à l’origine de la société suisse B3i, censée développer des solutions d’assurance basées sur la blockchain, a annoncé son dépôt de bilan, incapable de retrouver la rentabilité. Le début de la fin d’un Eldorado ?

Les nuages ​​se rassemblent sur la blockchain. Hier encore une technologie de rupture, mise à toutes les sauces et annoncée comme prête à révolutionner tous les secteurs de l’économie, notamment avec ses contrats intelligents (finance, commerce, assurance, énergie, etc.), la blockchain est à un moment clé de son développement.

La blockchain n’a plus autant la côte qu’à la fin des années 2010…

La blockchain n’a plus autant la côte qu’à la fin des années 2010…

Son principe technologique – créer une base de données décentralisée et a priori infalsifiable – reste prometteur et pourrait trouver des champs d’application aussi nombreux qu’utiles.

Mais la puissance de calcul nécessaire pour créer une blockchain complexe est une épine dans le pied, notamment dans le contexte de la transition énergétique et de la crise de l’accès à l’énergie en Occident.

Crypto Winter is coming…

Crypto Winter is coming…

La principale vitrine de la blockchain, l’écosystème crypto, est également sur les nerfs, secouée par une crise rarement vue surnommée « l’hiver crypto », qui provoque des faillites, des licenciements et des accidents en chaîne. Le NFT et la crypto-monnaie voient leur valeur chuter et plusieurs spécialistes du secteur ont mis la clé sous la porte.

Face aux autres applications possibles de la blockchain, après l’effervescence de la fin des années 2010, le silence radio est de mise. La crise économique mondiale provoquée par le Covid-19, enchaînée par la crise énergétique actuelle, a remis de l’ordre dans les priorités des investisseurs.

Des investissements en berne

Des investissements en berne

Parier sur cette technologie, certes prometteuse, semble aujourd’hui hors de propos, la blockchain n’offrant aucun service que les technologies plus anciennes ne peuvent offrir, elle les rend simplement plus sécurisées et robustes.

Les vols répétés qui ont tourmenté le secteur de la cryptographie ces derniers mois n’ont probablement pas aidé la réputation de la technologie non plus et ont peut-être contribué à dissuader certains investisseurs.

À Lire  Après la météo estivale, le prix de l'assurance va augmenter

B3i Services, censé développer la blockchain dans l’assurance, dépose le bilan

B3i Services, censé développer la blockchain dans l’assurance, dépose le bilan

Les promesses de contrats intelligents généralisés dans le commerce, l’énergie et la finance sont restées lettre morte. Symbole, le 28 juillet 2022, c’est l’assurance, secteur toujours considéré comme le plus propice à la blockchain, qui a fini par jeter l’éponge.

Le consortium international de 21 assureurs et réassureurs, qui avait créé la société suisse B3i Services pour développer des solutions basées sur la blockchain dans l’assurance, a ainsi annoncé la faillite de cette société.

Trois levées de fonds en 2018, 2019 et 2020 et… plus rien

Trois levées de fonds en 2018, 2019 et 2020 et… plus rien

Retournez au début de l’histoire. En 2016, un consortium de 15 assureurs et réassureurs (parmi eux (Allianz, Munich Re ou Swiss Re) s’est constitué pour travailler sur la blockchain, ce qui a conduit à la création, en 2018, de B3i Services. Puis dix autres acteurs du marché ont rejoint le projet, dont Axa.

Dans les années 2018 et 2019, B3i avait réalisé deux levées de fonds, pour un total d’environ 23 millions d’euros. Le montant d’un troisième tour de table, en 2020, avait été tenu secret. Depuis, l’entreprise a lancé de nouvelles levées de fonds, qui se sont soldées par un échec.

B3i développait des solutions pour automatiser les processus d’assurance avec la blockchain, afin de les rendre plus efficaces, rapides et rentables, notamment via des contrats intelligents. Certaines technologies ont également été intégrées dans un produit Swiss Re et Allianz en avril 2022.

« Peut-être qu’à un moment donné quelqu’un trouvera la bonne formule »

Malgré ces succès, la rentabilité était trop éloignée. Et le consortium a préféré démissionner. « Je pense que c’était un travail de qualité, mais en fin de compte, nous ne pensions pas que les volumes et la demande justifiaient de continuer à investir dans cette plateforme », a déclaré le directeur financier de Swiss Re.

Pour ne pas clouer définitivement le cercueil de la blockchain dans le monde de l’assurance, il a ajouté : « Je pense que le concept est encore très intéressant pour le secteur. Peut-être qu’à un moment donné, quelqu’un trouvera la bonne formule. Mais sur le moment, avec cette plateforme, on n’allait pas trouver de rentabilité ».

Mieux vaut disparaître pour revenir plus fort ? La blockchain nous prépare-t-elle à un retour digne d’un méchant Marvel ? Pourquoi pas… Mais pour l’instant, on ne parierait pas nos économies (surtout si elles sont en BitCoin)…