« Le Crépuscule des Gangsters ». Dès le titre, on sait qu’on va avoir affaire à une histoire avec intrigue ! On a juste envie de se plonger dans la lecture du dernier roman de Manuel Garcia. Au terme d’une carrière prestigieuse dans la gendarmerie, il a fait accepter celle d’écrivain, s’inspirant des affaires qu’il a eu l’occasion de résoudre pour raconter des histoires vraies à peine romancées.

D’extraction modeste dont il est fier, Manuel Garcia, l’aîné de quatre enfants, est arrivé de Sabadell en Espagne à l’âge de deux ans. Il a vécu à Sallèles-d’Aude, son village d’adoption, à jamais dans son cœur. Son parcours professionnel témoigne de façon éloquente de ses qualités physiques, de ses dispositions intellectuelles et de son fort caractère : service militaire dans les sapeurs-pompiers de Paris, une unité d’élite, une brillante carrière à la gendarmerie nationale dans laquelle, comme officier comme officier de police judiciaire avec titulaire d’une maîtrise en droit, il a effectué de nombreuses missions à l’étranger, notamment au profit des Nations unies, à Port-au-Prince, où il a formé la police nationale dans la capitale haïtienne.

Revenant à son dernier roman, Le Crépuscules des truands, c’est à la plume légère qu’il pose le cadre dans les moindres détails, dans le Languedoc des années 80. La pègre biterroise coule des jours paisibles à l’ombre de celle de Toulouse et de Marseille. Alors que rien ne le laissait présager, à la sortie soudaine d’une boîte de nuit, Agathois, dans le milieu libertin, a été abattu par une foule qui était dans les voitures depuis de nombreuses années. La brigade d’investigation de la gendarmerie est sur ses gardes, les fausses pistes s’accumulent, quand, une fois de plus, une autre figure du milieu est envoyée ad patres à Valras plage. Serait-ce le début d’une guerre des gangs ?

À Lire  INSOLITE : le club de freestyle de l'Oise et ses coins souples adjugé 160 000 € au Bon Coin

Pour situer l’action, nous sommes au temps de Gaëtan Zampa de Marseille et de Francis le Belge, ce qui rappelle les souvenirs de cette époque où la pègre défiait la police et alimentait la presse. L’auteur décrit avec soin l’ambiance et explique comment s’est déroulée l’enquête, qu’il a personnellement menée, avec ses différentes phases, mettant le lecteur dans la peau de l’enquêteur, le tenant en haleine jusqu’au bout. Son expérience des faits donne une atmosphère particulière au roman, ce qui le différencie des autres auteurs de romans policiers. Pas étonnant qu’il soit l’un des auteurs de suspense les plus lus de la région.

La bibliothèque de Manuel Garcia, toujours dans le style roman policier, c’est aussi, L’Affaire Albert Foulcher, Les amants du Canal de Midi, La Camargue rouge, Une histoire d’amour occitane, Vers un monde secret.

Correspondant Midi Libre : 06 23 76 31 60.