[JOURNÉE MONDIALE DES AVC] Un AVC touche 140 000 personnes par an, dont 30 % ont moins de 45 ans. Les symptômes d’un AVC surviennent à tout moment maintenant. On vous apprend à les reconnaître, pour ne pas perdre de temps à vous en occuper.

Chaque année en France, 140 000 personnes subissent un accident vasculaire cérébral, soit un AVC toutes les 4 minutes. Ils causent encore 30 000 décès, principalement parce que leurs signes ne sont pas détectés assez rapidement. Mais en cas d’AVC, chaque minute compte. « L’AVC est une pathologie neurologique dont les symptômes apparaissent d’une minute à l’autre, là où il est de coutume de dire que « le temps appartient au cerveau », souligne l’Institut du cerveau.

A l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, le 29 octobre, nous vous rappelons les symptômes afin de ne pas perdre de temps dans la prise en charge de l’accident.

Le réflexe le plus important est d’appeler le 15 dès l’apparition des premiers symptômes. Actuellement, seulement la moitié des patients ont ce réflexe. Chaque minute d’interruption de la circulation sanguine entraîne la mort de 2 millions de neurones. Il est donc nécessaire de rétablir le flux sanguin au plus vite pour limiter les séquelles.

« Sur le nombre d’AVC qui surviennent dans le monde, environ 25% d’entre eux sont mortels, et plus de 30% laissent des séquelles graves avec des handicaps permanents qui rendent ses victimes dépendantes, affectant directement leurs familles et leurs proches », insiste l’Institut du Cerveau. .

AVC : les 4 signes d’alerte

AVC : quels symptômes ?

« Les signes d’un AVC peuvent être très différents » expliquent des chercheurs du Brain Institute, dont les travaux portent sur la gestion et l’amélioration de l’efficacité de la rééducation après un AVC.

Ils sont souvent latéralisés, c’est-à-dire ils n’apparaissent que d’un côté du corps.

Si l’âge moyen de survenue d’un AVC est relativement élevé (73 ans en moyenne), 30 % des personnes victimes d’un AVC ont moins de 45 ans. Il arrive même que des nourrissons et des jeunes en soient victimes (ce sont les deux périodes les plus à risque), on estime qu’il y aura entre 500 et 1000 cas par an en France chez les enfants. C’est la première cause de handicap acquis chez l’enfant.

© Shutterstock / Point d’image un

2/6 –

A quoi ressemble mon visage ? Les accidents vasculaires cérébraux sont souvent associés à une déformation de la bouche, une paralysie partielle du visage. Regardez-vous dans le miroir et souriez, ou gonflez vos joues pour voir si vos reflets sont les mêmes de chaque côté.

3/6 –