Pour pouvoir obtenir un crédit immobilier, il est généralement nécessaire de souscrire ce qu’on appelle : une assurance de prêt. Assurance, une assurance destinée à garantir la banque qui vous accordera le prêt, le remboursement du capital restant à verser ou la prise en charge des mensualités en cas d’arrêt maladie, de maladie ou d’accident mortel.

Dans la plupart des cas, votre banque vous incitera à choisir l’assurance de prêt proposée. Mais au-delà des prix souvent élevés, les garanties couvertes peuvent être particulièrement limitées.

La bonne nouvelle est que vous n’êtes pas obligé de conserver l’assurance de prêt proposée par votre banque. La loi vous permet de choisir l’assurance de prêt de votre choix auprès d’un établissement concurrent, à condition qu’elle vous offre le même niveau de garantie que celui exigé par la banque qui vous accorde le crédit.

La mauvaise nouvelle est que pour choisir l’assurance qui vous convient le mieux, vous devez examiner attentivement les conditions générales des contrats qui vous intéressent. Et cela peut être un exercice fastidieux… Principalement parce que les ambitions sont élevées, il s’agit de choisir l’assurance de prêt qui vous couvre le mieux pour s’assurer que les exclusions de garantie sont limitées. En effet, comme tout contrat d’assurance, l’assurance de prêt comporte des limites de garantie et donc des exclusions. Des exclusions simplement plus ou moins larges selon les contrats et donc à lire attentivement avant toute souscription.

Assurance emprunteur : bien vérifier les garanties avant de souscrire

L’assurance de prêt est adossée à vos remboursements mensuels de crédit immobilier. Il prend la forme d’un contrat d’assurance et sa durée est donc déterminée par votre crédit. En principe, son but est au moins de rembourser votre prêt ou de payer l’échéance, mais en cas de décès. Mais elle peut aussi être déclenchée en cas d’invalidité ou d’invalidité du souscripteur.

À Lire  6 travailleurs sur 10 sont pour la mobilité électronique au travail | furets

Si certains contrats prévoient une incapacité temporaire de travail, finalement peu le font. Parmi les autres garanties proposées, votre contrat d’assurance de prêt peut couvrir notamment la perte totale et irréversible d’autonomie, l’invalidité permanente totale ou l’invalidité permanente partielle. Dans tous les cas, il est nécessaire de bien réfléchir à ces différentes garanties avant de faire votre choix.

Sachez également que votre contrat d’assurance de prêt peut également inclure une garantie en cas de perte d’emploi. Mais ces garanties sont parfois plus adaptées à certaines professions.

Assurance emprunteur : prudence avec les clauses d’exclusion

Comme tout contrat d’assurance, l’assurance de prêt peut contenir diverses exclusions de garantie. En principe, ils doivent être rédigés de manière aussi claire et concise que possible. Mais au-delà des exclusions liées à la guerre, aux émeutes ou soulèvements populaires, certaines exclusions plus classiques peuvent figurer dans les contrats. Cela arrive, par exemple, si vous pratiquez un sport amateur ou si vous voyagez à travers le monde dans le cadre de votre activité.

Assurance emprunteur : choisir entre garanties forfaitaires et indemnitaires

Selon le contrat d’assurance que vous choisissez, les prestations d’invalidité, d’invalidité et de perte de travail qu’il comprend peuvent être forfaitaires ou indemnitaires. En cas de sinistre, une garantie forfaitaire couvre un pourcentage des mensualités du prêt.

À l’inverse, un cautionnement vise à limiter la responsabilité de l’assureur pour la perte de revenu du créancier. Résultat : Si vous n’êtes plus en mesure de travailler, vous pouvez percevoir une indemnisation de la Sécurité Sociale ou d’autres contrats d’assurance. Le reste serait pris en charge par votre assurance de prêt, elle ne couvrirait donc que la déduction des indemnités déjà perçues.

Nos conseillers Planet + (re)négocient votre assurance de prêt ! (libre)