La loi Lemoine, entrée en vigueur le 1er juin 2022, modifie le statut de l’assurance de prêt immobilier, offrant à tout emprunteur le droit de modifier le contrat à tout moment pour réduire le coût d’une telle couverture exigée par la banque. Il facilite également l’accès à l’assurance en supprimant le questionnaire de santé sous certaines conditions. Un récent rapport de l’Assemblée nationale se penche sur la bonne application de cette nouvelle réglementation, et met en lumière le vide juridique concernant les contrats d’assurance réglementés par le code de la mutualité.

Premier satisfecit pour la loi Lemoine

Six mois après sa promulgation, la loi Lemoine reçoit un rapport d’information de la commission économique de l’Assemblée nationale. Le règlement de l’Assemblée stipule qu’après six mois après l’entrée en vigueur d’une loi, il s’agit d’un rapport présenté par deux rapporteurs, l’un de la majorité du président et l’autre d’un groupe d’opposition.

L’objectif est de vérifier que les intentions du législateur sont bien respectées et de faire un premier état des lieux des nouvelles dispositions introduites par cette dernière loi en matière d’assurance de crédit immobilier, qui, rappelons-le, vise à faciliter l’accès à l’assurance et à faciliter l’accès à l’assurance. marché plus transparent.

Revenons aux trois mesures clés de la loi de Lemoine :

L’application du droit de résilier à tout moment l’assurance prêt immobilier apparaît satisfaisante et ne semble pas poser de problème aux opérateurs. Selon le rapport, « les parties entendues s’accordent à dire que les banques et les assureurs traditionnels, presque systématiquement et sans exception notable, ont correctement mis en œuvre les procédures et les adaptations technologiques nécessaires à l’application de la loi ».

L’enjeu de cette mesure est évidemment financier pour l’assuré. Consultez notre baromètre de l’abordabilité de l’immobilier pour voir comment le droit de changer d’assurance affecte le coût d’un prêt immobilier. Avec la loi Lemoine 2022, vous ferez des économies !

Il est encore trop tôt pour voir l’impact attendu de la loi Lemoine, à savoir un remplacement significatif de l’assurance emprunteur au profit d’assurances alternatives, la bancassurance représentant 87% du marché. Le courtier Magnolia.fr a toutefois prévenu que les demandes de modification de contrat ont augmenté de 200 % depuis le 1er septembre.

Hausse des tarifs en assurance de prêt immobilier

Cependant, la loi Lemoine a un revers que le législateur souligne dans son rapport : l’augmentation des primes d’assurance résultant de la suppression du questionnaire d’assurance de prêt immobilier qui informe l’assureur des risques de santé qu’il assume. Les services du ministère des Finances rapportent que la hausse des taux des assurances alternatives est de l’ordre de 20 à 25 %, justifiée par la forte association du segment concerné (prêts inférieurs à 200 000 euros remboursés avant le 60e anniversaire de l’emprunteur, soit 400 000 euros pour une copropriété prêt avec 50% de frais d’assurance) .

Privées de données de santé pour évaluer les risques et ajuster les primes, les alternatives sont contraintes d’augmenter les prix. Cette mesure touche moins les banques, car elles ont toujours pratiqué la mutualisation et des marges produits qui leur offrent la latitude que les alternatives n’ont pas (jusqu’à 70% contre la moyenne de 30% pour la concurrence).

La loi permet un meilleur accès à l’assurance mais les tarifs augmentent. Cette augmentation des primes nuit à la jeune génération qui, selon la logique mathématique, est en mesure de payer avant 60 ans. Le rapport rappelle que le prêt moyen tourne autour de 190 000 euros (hors zones resserrées comme l’Ile-de-France) et que les prêts inférieurs à 400 000 euros représentent les deux tiers des crédits immobiliers.

Bug législatif sur les contrats régis par le code de la mutualité

La fin de la sélection médicale selon les conditions évoquées ne figurait pas dans le texte initial. Les sénateurs ont ajouté en échange d’un vote pour le droit de changer à tout moment. Le ministère des Finances a été conscient d’un manque de coordination dans la rédaction de l’article 10 de la loi Lemoine, qui mentionne la suppression du questionnaire de santé.

Selon le régime, l’article n’applique pas cette nouvelle loi aux contrats d’assurance régis par le Code de la mutualité. La codification des assurances est basée sur trois codes :

Jusqu’à présent, aucune mutuelle n’a profité de ce vide juridique pour refuser d’appliquer la loi Lemoine, mais un instrument législatif devrait être rapidement trouvé pour asseoir la sécurité juridique des contrats régis par le code de la mutuelle. Le gouvernement a tenté de déposer cet été un amendement à un projet de loi, mais le texte a été rejeté en tant qu’acte législatif.

Dernières publications

Assurance prêt immobilier : tous les avantages de la délégation en 2022

Élément essentiel de l’obtention d’un crédit immobilier, l’assurance de prêt peut être choisie librement, puisque la banque n’a plus le droit d’imposer son contrat logement depuis 2010. La réglementation autorise la délégation d’assurance sur la durée de votre prêt afin que vous puissiez être couvert. mesurer au taux le plus favorable. La mise en place de la loi Lemoine en 2022 renforce vos droits en facilitant les changements de contrat. Qu’est-ce que la représentation d’assurance? Pour sécuriser votre crédit immobilier, la banque vous demande de souscrire à une assurance emprunteur, qui vous couvre en cas d’événements de la vie (décès, invalidité et invalidité, ainsi que perte d’emploi) qui vous empêchent de rembourser votre dette. Avant l’entrée en vigueur de la loi Lagarde sur l’assurance de prêt en septembre 2010, la banque avait toutes les chances d’imposer son contrat de groupe, bien que la vente de crédit lié et d’assurance soit interdite depuis 2001 par la loi Murcef. La loi Lagarde a instauré le principe de la délégation d’assurance, permettant à l’emprunteur de choisir son contrat avec l’établissement de son choix. Si l’assurance externe offre au moins les mêmes garanties que le contrat bancaire, le prêteur ne peut vous refuser le bénéfice de la délégation. La loi Lagarde a été complétée par la loi Hamon en juillet 2014 : le changement d’assurance était possible à tout moment pendant les douze premiers mois suivant la signature de l’offre de prêt. Et à partir de janvier 2018, le remplacement annuel à l’échéance a été autorisé par l’amendement Bourquin. Ce n’est pas assez! Cet arsenal législatif n’a pas permis de desserrer l’étau des banques sur le marché de l’assurance de prêt immobilier. 87% des apports sont perçus par les prêteurs, un quasi-monopole qui se maintient au détriment des intérêts des emprunteurs. Votée en février 2022, la loi Lemoine replace l’église au centre de la ville. La délégation étant difficile à appliquer, même si l’option gratuite du contrat d’assurance est enregistrée trois fois, l’emprunteur doit pouvoir changer de formule facilement, sans limite de date. Loi Lemoine et un changement d’assurance de prêt immobilier entrant en vigueur le 1er juin 2022, la loi Lemoine transforme complètement la possibilité de changer d’assurance de prêt en supprimant tout délai. Le droit de modification à tout moment s’applique à tous les contrats en vigueur au 1er septembre 2022. Les lois Hamon et Bourquin devenues obsolètes, le cadre réglementaire de l’assurance de prêt immobilier repose désormais uniquement sur la loi Lagarde et la loi Lemoine. Les obligations des banques sont renforcées : la réponse de la banque à la demande d’annulation/de substitution doit être donnée dans un délai de 10 jours ouvrés. La banque devra justifier tout refus par écrit, et cela de manière spécifique dans un document unique. Tout manquement à ces obligations entraînera une amende de 15 000 euros. Grâce à la loi Lemoine 2022, en plus d’une meilleure information : La banque doit vous rappeler chaque année que vous avez le droit de changer d’assurance à tout moment. La FSI (Fiche d’Information Standardisée) qui couvre l’ensemble des besoins d’assurance de la banque doit désormais préciser le coût de l’assurance sur 8 ans. La loi Lemoine est aussi un dispositif inclusif pour les malades ou les premiers malades, puisqu’elle supprime le questionnaire de santé pour les crédits immobiliers inférieurs à 200 000 euros qui atteignent la période précédant l’âge de 60 ans de l’assuré. Des économies avec la représentation en assurance de prêt L’intérêt de la représentation en assurance de prêt hypothécaire est avant tout financier. Les offres proposées par les prestataires externes, dites alternatives, sont quatre fois moins chères que les formules du groupe bancaire. En souscrivant à une assurance déléguée, vous réalisez d’importantes économies et réduisez le coût de votre crédit immobilier. La délégation d’assurance est difficile à établir lors d’une demande de financement. Au fil du temps, l’emprunteur souscrit à l’assurance de sa banque pour ne pas mettre en péril son projet immobilier. La loi Lemoine vous permet de retourner la situation à votre avantage en vous permettant de changer d’assurance à tout moment, si vous le souhaitez, dès le lendemain de la signature de l’offre de prêt. Vous ferez des économies avec la loi Lemoine 2022. Pour un prêt de 250 000 euros sur 20 ans, la démarche génère un gain moyen de 15 000 euros si le changement intervient dans les trois premières années du prêt. Consultez notre baromètre du pouvoir d’achat immobilier pour jauger tout l’intérêt de recourir à la loi Lemoine. Assurance emprunteur : une protection sur mesure Le second avantage de la représentation en assurance est plus technique. Tout contrat d’assurance de prêt repose sur deux garanties de base : Garantie décès : en cas de décès prématuré avant la fin du prêt, le capital restant à verser est intégralement restitué à la banque, les bénéficiaires sont déchargés de la dette et de l’actif faire partie du domaine. Garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie ou PTIA : cette garantie intervient en cas de dépendance totale après une maladie ou un accident et restitue le capital restant. En général, elle s’arrête après 65 ans, mais certains contrats sont plus généreux, comme par exemple l’assurance habitation d’April, qui fixe l’âge limite pour en bénéficier au 31 décembre, lorsque l’assuré atteint 71 ans. Selon votre profil, la banque pourra demander des garanties invalidité complémentaires (Invalidité Permanente Partielle ou IPP et Invalidité Permanente Totale ou IPT), mais demandera systématiquement la garantie assurance prêt immobilier ITT (Invalidité Temporaire Totale pour Travail), si l’assuré est en activité professionnelle. Certaines pratiques ou pathologies entraînent généralement des exclusions de ces trois garanties : les sports dangereux ou de haut niveau, les affections rachidiennes, et les maladies psychiques et psychiatriques, dites maladies non objectivables ou MNO. Moyennant une surprime, la plupart des assureurs alternatifs proposent d’échanger les exclusions MNO, cette option étant généralement soumise à un nombre minimum de jours d’hospitalisation. Placer des offres sur l’hypothèque grâce à un comparatif de gourous. Quel que soit votre profil, vous trouverez des garanties adaptées à votre situation à un prix compétitif, respectant l’équivalence des garanties réglementaires. La représentation en assurance de prêt permet une protection avec des garanties sur mesure, et les banques proposent des contrats mutualisés à une communauté d’emprunteurs, générant jusqu’à 70% de marge. En souscrivant à un contrat alternatif, vous êtes sûr de payer le juste prix. Délégation d’assurance de prêt et taux d’attrition 2022 Le sujet de la délégation d’assurance de prêt immobilier ne serait pas clos si ce n’était de revenir au contexte particulier de 2022. Les taux sont au plus haut depuis 7 ans. Il n’y a pas d’emprunt plus facile et moins cher avec des taux autour de 1% (hors coût de l’assurance de prêt et du collatéral), un niveau encore observé en janvier dernier. Les courtiers prévoient que les taux seront bientôt supérieurs à 3 %, ce qui ne serait pas trop mal si les taux d’attrition suivent le rythme. Du fait d’une méthode de calcul trimestrielle, les taux de dépréciation apparaissent comme décalés par rapport aux taux du marché et provoquent un effet de ciseau lorsque les taux de crédit augmentent. De ce fait, de nombreux demandeurs de crédit, même solvables, sont biaisés par un TAEG (Taux Annuel Effectif Global) en plus de l’usure. On dit que près de 50% des demandes sont rejetées, le taux d’attrition est devenu la principale raison des refus de prêt. Les banques ne prêtent plus, ou presque, et en attendant une hypothétique réforme de l’usure en 2023, elles utilisent la délégation d’assurance, seul levier pour éviter de franchir le seuil légal. En réduisant votre APR, l’assurance cédée peut vous aider à vous qualifier pour votre prêt hypothécaire. Considérez également le PEL, qui commence à se redresser grâce à la hausse des taux d’intérêt. Si vous avez ouvert un plan d’épargne logement après le 1er août 2016, vous pouvez bénéficier d’un prêt préférentiel de 2,20% (détenir le PEL pendant au moins 4 ans), qui peut réduire le montant du complément bancaire On dirait prêt, offert à un taux d’emprunt plus élevé.

À Lire  AC Ajaccio-Paris SG : Stade François-Coty complet ce vendredi soir, les places se revendent cher

Crédit immobilier : est-ce le retour en grâce du PEL ?

Produit d’investissement mis à l’écart ces dernières années en raison de la faiblesse des rendements et des faibles taux d’intérêt des crédits immobiliers, le plan d’épargne logement, ou PEL, pourrait retrouver son attrait grâce à la hausse des taux d’intérêt. Les taux d’emprunt augmentent en 2022 Depuis février 2022, les taux d’intérêt des crédits immobiliers n’ont cessé d’augmenter. Ils ont plus que doublé en moins d’un an, passant d’une moyenne de 1% en décembre 2021 à 2% aujourd’hui, quelle que soit la durée. En novembre 2022, les taux sont au plus haut depuis 7 ans. Selon les relevés bancaires reçus par les courtiers, le taux moyen sur 20 ans oscille actuellement entre 2,30% et 2,50% (hors coût de l’assurance emprunteur et des garanties), loin de la valeur record établie en octobre 2021 (0,98%). Il y a peu de chance d’arrêter ce mouvement. L’inflation continue d’augmenter, atteignant 6,2 % sur un an fin octobre, et devrait atteindre une moyenne annuelle de 5,8 % en 2022. L’impact de l’inflation sur le marché immobilier en 2022 est déjà mesurable. Le gouvernement vise une inflation de 5 % au début de 2023 et de 4 % à la fin de 2023, mais compte tenu de la situation géopolitique et économique mondiale, ces objectifs ne sont pas des prévisions. En octobre au taux annuel, le taux d’inflation était de 10,7% dans la zone euro, un nouveau record et le premier dépassement de la limite des 10%. La Banque centrale européenne a réagi à cette inflation galopante en relevant trois fois ses taux directeurs depuis juillet dernier, dont le taux de refinancement des banques commerciales, qui est passé de 0% à 2%. Le coût de l’argent est désormais plus cher pour les banques de détail, qui s’appuient sur le rendement de l’emprunt d’État français à 10 ans pour déterminer leurs taux d’emprunt pour les particuliers. L’OAT 10 ans est au-dessus de 2,50% depuis mi-septembre, date de son apparition. en territoire négatif il y a un an. Nous verrons bientôt des taux supérieurs à 3%, le seuil de 3,50% devant être atteint au premier semestre 2023. Le pouvoir d’achat immobilier est en chute libre en 2022, mais la hausse des taux s’avère être une bonne nouvelle pour les épargnants. Les placements réglementés, comme le livret A ou le livret d’épargne (LEP), augmentent mécaniquement leur rendement dans ce contexte inflationniste. C’est aussi le cas du PEL ou Plan d’Epargne Logement, un support hybride qui permet d’épargner pour l’achat d’un bien immobilier. Augmentation du taux du PEL Le PEL a été créé en 1969 pour permettre aux épargnants de bénéficier d’un crédit immobilier à un taux préférentiel sous certaines conditions. Grâce à l’épargne accumulée, il est possible d’obtenir un prêt à des conditions avantageuses et une prime de l’Etat dans certains cas. Depuis sa création, le PEL a connu plusieurs réformes. Au début des années 1990, il fallait épargner pendant 5 ans, la prime pouvait être de 10 000 euros et il n’y avait ni cotisations sociales ni impôts sur le PEL. La durée attendue de l’épargne a alors été ramenée à 4 ans, et le paiement des cotisations sociales a été constaté. Entre-temps, les taux de salaire n’ont cessé d’évoluer et la prime d’Etat a été réduite au minimum (1 525 euros), pour finalement disparaître. Les règles applicables au PEL varient selon la date d’ouverture du compte d’épargne : avant 2018 la durée minimale du PEL est de 4 ans, la disposition prévoyant une durée maximale de 10 ans, mais le PEL peut être maintenu par la suite. Les versements périodiques minimaux sont de 45 € par mois, soit 135 € par trimestre ou 270 € par semestre, avec un plafond de 61 200 €. Le taux de remboursement est fixé à l’ouverture du PEL et est le suivant : dates Taux de remboursement du PEL Taux de prêt du PEL 01/07/2000 4,7% 4, 97% 01/08/2003 2,5% 4,20% 03/2011 /01 2,5% 4,20 % 01/02/2015 2% 3,20% 01/02/2016 1,7% 2,70% depuis le 01/08/2016 1% 2,20% Les intérêts peuvent être capitalisés et ils s’ajoutent à l’épargne accumulée en fin d’année. Ils sont assujettis à une cotisation de sécurité sociale de 17,20 % et à l’impôt sur le revenu à partir de 13 ans. Le taux de prêt varie est selon la date d’ouverture du PEL : il était de 4,20 % jusqu’en janvier 2015 et il est de 2,20 % depuis août 2016. A partir de 2018 les Modalités sont les mêmes en termes de versements, de plafond et de durée. Le taux de rendement est de 1 % depuis le 1er août 2016. Sur le plan fiscal, les intérêts perçus sont soumis à un prélèvement forfaitaire unique de 30 % au titre de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux de 17,20 % dès la première année. Le taux du crédit immobilier est fixé à 2,20 % depuis août 2016, avec un montant maximum de prêt de 92 000 euros. Tout PEL ouvert après le 1er janvier 2018 ne donne pas droit à la ristourne de l’Etat. Dans le contexte monétaire, le taux du PEL remontera à partir de janvier 2023 jusqu’à atteindre 2%, selon les données de la Banque de France. La révision annuelle du PEL sera annoncée officiellement début décembre et ne s’appliquera qu’aux régimes ouverts après le 1er janvier 2023. La particularité du PEL est que les tarifs sont valables au moment de l’ouverture. Quant au taux de crédit dans le cadre d’un PEL, il devrait dépasser le seuil de 3 %. Le non-respect de votre PEL ne porte intérêt que si les taux du prêt bancaire sont supérieurs au taux prévu par le plan. Entre 2016 et mi-2022, avec des taux bancaires historiquement bas, le PEL a perdu tout effet de levier. La situation est bien différente aujourd’hui. Un PEL ouvert fin 2016, 2017 ou 2018 permet actuellement de solliciter un prêt bancaire au taux de 2,20% pour en financer un. construction d’un chat ou d’une maison, ou encore rénovations, les taux de prêt qui sont actuellement offerts et qui sont plus avantageux que ce que nous avons prévu. L’utilisation du PEL peut également contribuer à alléger la pression sur le financement immobilier en raison des taux d’érosion qui placent les prêts hypothécaires en subprime en 2022. De quoi inciter les futurs emprunteurs à ouvrir sans tarder un PEL. Et pour ceux qui se demandent s’il faut ou non attendre 2023 pour emprunter, voici une partie de la réponse, car les taux d’emprunt ne devraient pas revenir aux niveaux historiques de 2021 à moyen terme.

Ville ou campagne : on refait le match immobilier en 2022 !

La crise sanitaire résultant du Covid-19 et les confinements successifs ont modifié le rapport que les Français entretiennent avec leur logement. La campagne s’est revigorée au détriment des villes, surtout des métropoles qui ont révélé tous leurs inconvénients. Cette tendance s’est-elle poursuivie en 2022, année marquée par un contexte géopolitique et économique plein d’incertitudes ? La campagne : le rêve de tous En 2020, le Covid-19 a mis à nu les failles de la concentration de la ville. De nombreux citadins, notamment ceux vivant dans des zones très urbaines, ont sauté le pas et se sont installés à la campagne. Même si la ville comporte des atouts que la campagne ne peut guère apporter (travail, loisirs, culture, accès aux soins…), grâce à la crise sanitaire sans précédent, elle a surmonté ses inconvénients. Une enquête Cadremploi publiée en août 2020 indiquait que plus de 8 cadres parisiens sur 10 souhaitaient quitter la capitale pour trouver un meilleur cadre de vie à la campagne ou dans une petite ville. Habitant à la ville ou à la campagne, le choix du bien-être a été rapidement tranché par ceux qui pouvaient acheter une maison avec jardin en périphérie des villes ou à la campagne, tout en télétravaillant. L’essor du télétravail a favorisé l’éloignement des grandes villes. Les taux de prêt pour 2020 et 2021 étaient à des niveaux historiquement bas et l’offre de logements était encore abondante avant que les stocks ne s’épuisent à la mi-2021. Certains ont fantasmé sur un exode urbain, vite rattrapé par les réalités de l’emploi. En quittant Paris pour la campagne, il y a un gouffre entre le rêve et la réalité. Pourtant, on a vu émerger une nouvelle pratique, née de divers confinements : la résidence semi-dominante, ou l’alternance de la ville et de la campagne pour le bien de l’économie. Autre tendance forte : habiter loin de son lieu de travail I. Impossible de refuser l’attractivité et le dynamisme des métropoles comme Lyon, Nantes, Aix-Marseille, Toulouse, Rennes ou Bordeaux, toutes reliées par le TGV, mais aujourd’hui, des villes hyper-urbaines , salut Le permarket et l’hyperconsommation, par exemple, ne correspondent plus aux attentes des Français. La maison, nouveau graal de l’immobilier Les chiffres des notaires donnent toujours le meilleur aperçu de l’état du marché immobilier. La réforme du DPE (Diagnostic de Performance Energétique) et l’interdiction annoncée en 2021 pour une partie des maisons de classe G à partir de janvier 2023 ont accéléré la décision de vendre aux propriétaires de ce type de maison énergivore. En 2021, 41 % des transactions de maisons anciennes labellisées F ou G, communément appelées filtres thermiques, ont eu lieu en zone rurale, et 66 % de ces ventes concernaient des maisons. Toutes étiquettes confondues, les zones rurales représentent 30 % de l’ensemble des ventes de l’ancien. L’année 2022 devrait approfondir le phénomène du fait de la pression réglementaire sur les bailleurs. En 2020 et 2021, les maisons augmentent les prix de l’immobilier et le mot maison signifie souvent être situé à la périphérie des grandes villes, dans les petites et moyennes villes, voire dans les zones rurales. Il semble que 2022 poursuivra cette tendance, et en 2023 on se dirige vers une baisse des prix dans les grandes villes. La hausse des prix des maisons existantes s’est poursuivie au deuxième trimestre 2022, mais un début d’inflexion est visible. Les prix des maisons ont augmenté de 8,5 % en glissement annuel au deuxième trimestre 2022, contre 4,5 % pour les appartements. Depuis début 2021, les prix des maisons en province ont augmenté plus fortement que les appartements (+9 % sur un an au deuxième trimestre 2022, contre +7,6 %). Les zones rurales les plus prisées pour l’immobilier en 2022, continuent de faire rêver les citadins de la campagne et du littoral. Le journal Le Figaro a réalisé un classement des zones rurales entre 2018 et 2021 selon l’évolution des prix moyens de vente des maisons rurales. En tête de liste se trouve le Calvados, un département au beau littoral qui bénéficie de sa proximité avec Paris. Les prix ont augmenté de 32,5 % en quatre ans. De la capitale h Autre département dans le noir (à environ 230 km de Paris), la Haute-Marne a également vu ses prix augmenter : +29,5%. En troisième position, le Finistère où l’inflation immobilière atteint 27,7 %. Quatre départements ont en revanche baissé les prix entre 2018 et 2021 : les Ardennes (-8%), la Haute-Corse (-5,88%), l’Ariège (-1,77%) et les Hautes-Alpes (-1,74%), quatre Les territoires qui ont le plus profité de l’attrait du télétravail en raison de leur isolement et de leur éloignement des grandes villes. Le revers de la médaille, c’est que pour les quartiers prisés des citadins, les locaux n’ont plus les moyens d’acheter. En bord de mer, les prix des biens de charme ou de caractère ont grimpé jusqu’à 50%, comme les maisons à colombages ou au toit de chaume sur la côte normande, souvent acquises en résidence secondaire. Les primo-accédants sont exclus de ces marchés qui demandent un apport personnel exceptionnel (plus de 25%). De plus, un collectif s’est créé en Bretagne (Dispa’ch) pour dénoncer la hausse insensée des prix de l’immobilier et exiger que l’achat immobilier dans la région soit réservé aux personnes qui y habitent depuis au moins un an. La pénurie de l’immobilier en Bretagne crée une tension sans précédent sur le marché. Certaines communes en zone de tension proposent des alternatives à l’accès à la propriété, comme le Bail Réel Solidaire, qui sépare les bâtiments du foncier et leur permet d’acheter 40% moins cher que le prix du marché. De manière générale, le marché immobilier en 2022 s’est progressivement détérioré compte tenu des conditions de prêt. Les taux sont au plus haut depuis 7 ans, on assiste à une énorme baisse du nombre de prêts en raison des taux d’érosion qu’ils mettent dans le schéma hypothécaire. Selon les notaires, 19% des projets immobiliers sont aujourd’hui menacés à cause du problème d’érosion, ce qui oblige certains à attendre 2023 pour s’endetter.