(Crédits photos : © Daisy Daisy – stock.adobe.com)

Depuis plusieurs années, les annonces se multiplient pour le remplacement des pare-brise. Des campagnes de communication qui, à terme, risquent d’être payées par l’assuré… Explications.

Entre 2021 et 2022, le prix des pare-brise a augmenté de 8 %. Et si la publicité était le principal coupable ? Entre campagnes médiatiques massives et cadeaux gratuits pour toute réparation ou remplacement de pare-brise, les grands noms du secteur ne se privent pas de ce moyen d’attirer les clients. Mais au final, ce sont bien les consommateurs qui risquent de payer ces publicités via leur prime d’assurance auto, selon les assureurs.

8 % d’augmentation sur le prix des pare-brises en 2022

Dans un contexte d’augmentation des coûts de main-d’œuvre et du prix des pièces détachées, les primes d’assurance automobile augmentent chaque année. Selon les chiffres du comparateur Assurland, « le prix des pièces détachées affiche une hausse moyenne de 10% contre 2,2% en 2021, et celui des réparations de 3,5% sur les douze derniers mois ». La poussée est particulièrement nette pour certains types de véhicules. À titre de comparaison, le prix des pare-chocs a augmenté de 5,2 % pour les berlines, comparativement à 10,5 % pour les VUS.

Et les pare-brise ne dérogent pas à la tendance, bien au contraire ! En moyenne, leurs prix ont augmenté de 8% en 2022 par rapport à 2021 selon les données du cabinet Facts & Les figures. Au final, selon les assureurs, ce sont leurs clients qui gagnent : pour compenser la hausse de ces prix, les compagnies d’assurances sont contraintes d’augmenter les cotisations d’assurance auto payées par les propriétaires de véhicules.

À lire aussi : Assurance auto : fortes hausses attendues pour les propriétaires de SUV et de voitures électriques

Les pare-brises, un secteur ultra-concurrentiel

Alors que la concurrence est en faveur de prix plus bas dans de nombreux domaines, ce n’est pas toujours le cas. Le secteur du pare-brise en est le parfait contre-exemple. En 2014, la loi Hamon a ouvert le marché, permettant aux automobilistes de choisir librement leur réparateur en cas de sinistre, alors qu’ils devaient jusqu’à présent se tourner vers un réparateur agréé par leur assureur.

À Lire  Dix enseignes, dont Franprix, offrent aux étudiants une remise de 15% pendant un mois

Dès lors, la concurrence entre les grands noms du secteur fait grimper les prix. Car pour attirer les clients, les entreprises de réparation et de remplacement de pare-brise ont utilisé des moyens majeurs : des campagnes à la télévision, à la radio, des cadeaux allant du changement d’essuie-glaces à une console de jeux Nintendo Switch. offert… impossible d’échapper à ces publicités ! Cependant, toutes ces campagnes de communication ont un coût.

Habile et discrète, la manœuvre des entreprises de réparation de pare-brise

Les assurés ne versent à la compagnie que le montant de leur franchise, voire 0 euros en cas de franchise offerte, et ne voient donc pas la facture totale du remplacement de leur pare-brise. En toute discrétion, les entreprises peuvent ainsi facturer plus cher les services rendus aux compagnies d’assurance, et compenser le coût de leurs campagnes de communication dans les médias. Il n’est donc pas étonnant que le prix du remplacement d’un pare-brise sur une Citroën C4 puisse aller de 1 000 à 1 630 euros d’une marque à l’autre.

Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs, résume la situation au Parisien : « Au final, les cadeaux offerts pour attirer les clients et la gestion de la franchise sont payés par la communauté des assurés ». Pour la fédération du secteur, la loi Hamon de 2014 qui permettait l’ouverture du marché a été faussée par de nombreux réparateurs, et ce au détriment des assurés : ce sont en effet eux qui doivent débourser chaque année plus d’argent pour payer leurs primes d’assurance automobile pour compenser l’augmentation du coût des réparations de véhicules.

« Le cadeau est un geste commercial que nous faisons sur nos marges pour attirer les clients. L’assurance paie le juste prix, quoi qu’il arrive », se défend un réparateur de pare-brise.