Le prix des pare-brises a bondi de 8% en 2022 par rapport à 2021 mais les réparateurs multiplient toujours les promotions et vont jusqu’à offrir des Nintendo Switch. Problème, les tarifs s’envolent et les assureurs les répercutent sur le montant de la prime de l’ensemble des assurés.

Chaque année, c’est la même chanson : les primes d’assurance automobile augmentent, principalement parce que le coût des pièces et des réparations automobiles augmente. 2023 n’échappera pas à la règle : « Le prix des pièces détachées affiche une hausse moyenne de 10% en 2021 contre 2,2% et celui des réparations de 3,5% sur les douze derniers mois », souligne le comparateur Assurland. Parmi les accusés : des pare-brise, dont le prix moyen a augmenté de 8 % en 2022 par rapport à 2021, selon les données de la société Facts&Figures.

Selon Le Parisien ce vendredi, depuis l’arrivée de Carglass et de sa pièce de deux euros, le remplacement de pare-brise est devenu un métier redouté par les assureurs et très concurrentiel chez les réparateurs du marché, qui n’hésitent pas à proposer une console de jeu, un téléphone portable ou une cuisinière. outils pour une visite à l’atelier. Ces promotions sont rendues possibles depuis la loi Hamon de 2014 qui laisse le propriétaire du véhicule libre de choisir le réparateur en cas de sinistre.

À Lire  Assurtech : Alan change ses structures opérationnelles

« L’assureur est obligé de payer »

« L’intention du législateur a été déformée par certains, s’insurge la fédération du secteur France Assureurs dans les colonnes du Parisien. Le réparateur présentera la facture à l’assureur et ce dernier est obligé de payer « même si le travail est réalisé dans une entreprise non agréée à des prix fous ». Ainsi, pour une Citroën C4, le coût de remplacement varie d’une marque à l’autre d’un 1 000 euros à 1 630 euros… Les compagnies d’assurances pensent donc dire que les réparateurs paient pour les cadeaux qu’ils offrent à leurs clients.

Pour : Les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Enfin presque Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs, l’avoue sans difficulté : « Au final, les cadeaux offerts pour attirer les clients et la gestion de la franchise sont payés par la communauté d’assurés. Dans le cas contraire, ces dépassements sont compensés par des augmentations de primes.

Assurance auto : comparez votre contrat