A partir de 2018, les chefs d’entreprise considérés comme indépendants pourront cumuler des droits à la formation sur leur compte personnel de formation (CPF), dans la limite de 500 € par année pleine d’activité. Son plafond est de 5 000 €.

Le même régime s’applique aux conjoints coopérants. Attention cependant, vous devez être à jour sur votre contribution à la formation professionnelle.

→ Que vous soyez salarié ou indépendant, il est possible de connaître votre solde CPF et de consulter la liste des formations disponibles ici.

Des projets avec ou sans qualification

Les crédits du CPF peuvent être utilisés pour de nombreux actes de formation, certifiants ou non. Parmi les projets hors certificat : bilan de compétences, validation des acquis de l’expérience, création d’entreprise.

Le CPF peut également financer des formations permettant l’acquisition d’une qualification : diplôme, titre professionnel, certification, etc.

Le CPF peut également financer un permis de conduire si trois conditions sont remplies :

En aucun cas, le CPF n’a vocation à financer les frais liés à cette formation, tels que le transport, l’hébergement ou les repas.

Un financement complémentaire possible

En plus du CPF, les organismes peuvent compléter le financement. Pour les chefs d’entreprise artisanale, c’est l’Assurance Formation Chef d’Entreprise Artisanale (FAFCEA) qui s’en charge.

Le FAFCEA a défini des actions de formation prioritaires qu’il peut soutenir en les organisant en trois secteurs d’action :

Les activités de formation de moins de 7 heures en présentiel (ou 4 heures à distance) ne permettent pas de bénéficier d’un accompagnement supplémentaire.

À Lire  Comment connecter un ordinateur portable à un moniteur

En revanche, les formations avancées nécessaires à la présentation du concours Meilleur Ouvrier de France sont par exemple prises en charge en complément du CPF.

Attention aux arnaques ! 

Lorsqu’une somme d’argent est facilement disponible, les arnaques se multiplient et le compte personnel de formation ne fait pas exception. L’escroquerie commence généralement par un appel téléphonique ou un SMS d’une personne prétendant appartenir à la plateforme officielle. Lorsqu’on vous demande votre numéro de sécurité sociale par téléphone, attention, c’est bien une arnaque ! Une fois qu’elle a votre numéro dans sa poche, elle peut créer un compte d’entraînement pour vous et vous inscrire à un faux entraînement pour débiter vos crédits. Pour les personnes déjà victimes, le site moncompteformation.gouv.fr met à disposition un formulaire de déclaration de fraude ou de fraude.

>> Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site du FAFCEA.