Édition

le 12/02/2022 à 12:46, Mis à jour le 12/02/2022 à 14:31

Le théâtre, le théâtre, le désamiantage… Le siège de Radio France fête ses 60 ans en 2023. Il a été rénové de fond en comble.

La restauration du bâtiment de Radio France est achevée, après près de quinze ans de travaux, a annoncé vendredi la direction de la Maison Ronde, marquant la fin d’une campagne dont le coût et le délai ont augmenté au fil du temps. « 2022 marque la fin d’un chantier historique : la restauration de la Maison de la Radio et de la Musique » dont « la forme et l’esprit originels » ont été conservés mais ont été « rénovés sur le plan technique, avec l’amélioration du niveau de construction, mais aussi la technologie », a précisé Radio France dans un communiqué.

Entrée avec grand plaisir par Charles de Gaulle en 1963, la Maison Ronde, au 116, avenue du Président-Kennedy à Paris, devait maintenir les normes anti-feu et désamianter. Au total, 90 000 m2 ont été rénovés, dont l’auditorium de Radio France d’une superficie de 2 300 m² et 1 461 places, 38 000 m2 de bureaux ou encore le célèbre bâtiment 104 qui peut accueillir 856 visiteurs.

Les discussions autour de ce projet ont commencé en 2005. Il était alors prévu de le lancer début 2006 pour une durée de six ans et un coût d’environ 240 millions d’euros. Le site, lancé plus tard en 2008, a été installé en 2015 par la Cour des comptes qui a montré la « situation financière » à l’origine du « déséquilibre des comptes de l’entreprise » en général. En février 2019, la Cour constatait encore « l’allongement du calendrier » – la fin des travaux a été repoussée à 2022 au lieu de 2018 – qui « dommage le coût social » et « une poursuite des coûts, a augmenté désormais à 583 millions d’euros ». « .

À Lire  Chauffage : les travaux à faire pour réduire la facture

Lire aussi Le Maison de la Radio : un succès particulier pour Le Figaro en 1963

Radio France a souligné vendredi que la rénovation de son bâtiment a été achevée « selon le calendrier établi en 2018 et sans dépasser le budget », soit un coût total de 493 millions d’euros hors taxes. En 2018, « le projet a été renouvelé pour assurer la qualité de la gestion, alliant les nouveaux enjeux numériques, ainsi que les modes de production de demain » et s’adaptant « aux aléas » d’un tel projet, selon l’administration.

Puis le conseil d’administration a fixé le prix maximum de l’opération à 510 millions d’euros, selon un lieu différent de la Cour des comptes. Un montant que l’équipe de récupération a pu réduire tout en réduisant le risque », a déclaré Radio France à l’AFP.

VOIR AUSSI – David Martinon est l’invité de Radio Classique dans l’émission matinale – Le Figaro