La tempête Alex a emporté avec elle les voies d’accès à la maison de Roselyne Nicosia et de son mari, à Breil-sur-Roya. Après deux ans de difficultés, une étude va enfin avoir lieu pour lancer la construction d’une nouvelle passerelle.

« Ça bouge enfin ! » se réjouit Roselyne Nicosie, dans sa maison de Breil-sur-Roya. Deux ans après le passage de la tempête Alex qui a coupé son domicile de l’accès au reste du monde, une nouvelle passerelle doit être construite pour rétablir un accès sécurisé à la route.

Depuis la catastrophe qui a coûté la vie à 18 personnes, Roselyne le dit : elle « n’y croyait plus » tant les difficultés de réalisation des travaux se sont accumulées. Dernière en date : la nécessité de réaliser une étude pour analyser le terrain afin de construire une passerelle sécurisée.

Martial Lyonnais, bénévole à la Mission trekkeurs – qui agit pour reconstruire la vallée et venir en aide aux victimes isolées – explique :

Il faut vérifier que la future construction sera adaptée à l’environnement, qu’elle ne s’effondrera pas en cas d’inondation par exemple.

Martial Lyonnais, bénévole à Mission trekkeurs

Une étape essentielle avant de commencer à travailler qui l’est tout autant pour Roselyne et son mari. Cependant, il a fallu près de trois mois pour trouver une entreprise capable de venir réaliser l’étude, le lieu étant difficile d’accès pour les machines et les outils.

Le couple doit se frayer un chemin sur ces planches pour rentrer chez lui.

© Roselyne Nicosie

Enfin, une entreprise grassoise sera sur place les lundi et mardi 14 et 15 novembre. Roselyne et son mari espèrent que les travaux pourront être lancés début 2023. Car pour rentrer chez eux ils sont contraints pour le moment de faire leur chemin au-dessus de la rivière sur des planches. « C’est temporaire qui dure » soupire la victime.

À Lire  Zoom sur la plateforme d'aide aux travaux de rénovation de La Maison Saint-Gobain

Dès qu’il pleut, on vérifie si les planches tiennent, sinon on risque de se retrouver à nouveau pris au piège. Nous vivons avec cette peur au-dessus de nos têtes depuis deux ans.

Roselyne Nicosie, habitante de Breil-sur-Roya, touchée par la tempête Alex