L’andropause est la baisse du taux de testostérone chez les hommes. Et ce n’est pas sans conséquence… A quel âge survient-il ? Quels sont ses signes caractéristiques ? Des traitements ? Réponses avec le Dr Sébastien Beley, urologue.

Contrairement à la croyance populaire, l’andropause chez les hommes n’est pas similaire à la ménopause chez les femmes. Déjà parce que ce n’est pas systématique ; ensuite parce que c’est progressif. « L’andropause n’est pas exactement l’équivalent de la ménopause car il n’y a pas de baisse de fertilité associée à cette baisse de testostérone » souligne le Dr Sébastien Beley, urologue à Paris. Comment le reconnaître ? Surtout à quel âge ? Quoi prendre?

Définition : c’est quoi l’andropause ?

L’andropause ou « déficit androgénique lié à l’âge » désigne l’ensemble des symptômes physiologiques liés à la baisse anormale de la sécrétion de testostérone chez l’homme, généralement à partir de 45 ans. L’andropause survient en dehors de tout contexte pathologique pouvant expliquer la baisse de la sécrétion d’androgènes. Elle altère la qualité de vie et a un impact sur le fonctionnement de plusieurs organes.

A quel âge commence l’andropause ?

Le risque d’andropause augmente avec l’âge, notamment après 60 ans. « Son incidence est d’environ 12 nouveaux cas/10 000/an, sa prévalence de 6 % entre 30 et 80 ans et augmente avec l’âge (5 % à 50 ans, 10 % à 60 ans, 15% à 70 ans). , 26% à 80 ans) » renseigne l’urologue Stéphane Droupy dans un article publié par l’association Urofrance en 2021. Chez certains hommes, une andropause précoce peut s’installer dès l’âge de 20 ans. Tous les hommes n’ont pas forcément d’andropause et pas forcément au même âge.

Quels sont les signes d’andropause ?

La baisse en dessous des seuils normaux de testostérone peut entraîner une diminution de la fertilité masculine, des dysfonctionnements sexuels (perte d’appétit sexuel, problèmes érectiles), une diminution de la formation musculaire et de la déminéralisation osseuse, des troubles du métabolisme des graisses (prise de poids) et des troubles cognitifs . Les symptômes et signes reflétant un déficit en testostérone ne sont pas spécifiques et peuvent être rencontrés au cours du vieillissement normal et des syndromes dépressifs. Ils ne sont pas forcément tous présents en même temps et n’ont pas tous la même intensité.

À Lire  Si vous êtes coincé dans un ascenseur, gardez cela à l'esprit

Résumé des symptômes :

Quelles sont les causes d’andropause ?

Seulement 2% de la testostérone circule librement dans le sang. En effet, il est principalement lié à deux protéines plasmatiques : l’albumine (faiblement liée) et la SHBG (fortement liée). La baisse de la sécrétion de testostérone est causée par le vieillissement d’une part, et l’augmentation du niveau de SHBG ou « sex hormone-bound globulin » d’autre part. Cette augmentation a pour effet d’éliminer la testostérone utilisable de la circulation sanguine, favorisant ainsi l’andropause et ses manifestations physiologiques.

Les traitements de la prostate peuvent conduire à l’andropause

L’augmentation du taux de SHBG est également liée à diverses pathologies (ex : cirrhose, hyperthyroïdie) et à la prise de certains traitements (ex : anticonvulsivants). « Les antiandrogènes utilisés pour le traitement du cancer de la prostate métastatique peuvent également être impliqués », ajoute le Dr Sébastien Beley. Avant de préciser que c’est aussi le cas de certains traitements de l’adénome de la prostate (dutastéride, finastéride) et des traitements contre la chute des cheveux (finastéride à moindre dosage).

Une prise de sang confirme le diagnostic d’andropause :

► dosage de la testostérone (prise de sang le matin à jeun)

► Équilibre hormonal complet si le taux de testostérone est bas (testostérone totale, libre et biodisponible, SHBG, LH et FSH, prolactine.

Quels traitements en cas d’andropause ?

Le traitement repose exclusivement sur l’administration de testostérone. Il existe plusieurs présentations : injectable (intramusculaire), comprimés, gel transdermique, patch. L’insuffisance érectile peut faire l’objet d’un traitement complémentaire spécifique avec du Sildénafil, du Vardénafil ou du Tadalafil. Le traitement par testostérone implique un bilan prostatique préalable (dosage PSA notamment) et un suivi régulier de celle-ci. Il est également recommandé d’adopter une bonne hygiène de vie, d’avoir une activité sportive régulière, de perdre du poids, d’arrêter de fumer et de limiter sa consommation d’alcool. La prise de testostérone est contre-indiquée en cas de cancer du sein, de cancer de la prostate et d’antécédents de délinquance sexuelle. L’âge n’est pas une contre-indication.

Merci au Dr Sébastien Beley, médecin urologue à Paris.

Andropause (syndrome de déficit en testostérone lié à l’âge)7. Auteur : Stéphane Drupy. 2021

Ménopause et andropause – Pr Jacques Tostain, La Revue du Praticien, 2007.