Pas-de-Calais : un agent du fisc séquestré puis tué dans le cadre d’un contrôle

Un fonctionnaire des impôts de 43 ans est mort mardi 22 novembre après avoir été enlevé avec sa compagne dans le cadre d’un contrôle fiscal chez un brocanteur de Bullecourt (Pas-de-Calais), qui s’est ensuite suicidé. La victime, un inspecteur principal des finances publiques, a été retrouvée morte « probablement d’un coup de couteau », a indiqué le parquet d’Arras dans un communiqué.

L’inspecteur « qui l’accompagnait a été, à sa grande surprise, pris en charge par les services de secours. Sa vie n’était pas en danger », a-t-il ajouté. Les deux « interviennent chez lui » pour procéder à un audit des « comptes professionnels d’un 46 ». -homme d’un an, qui sera ensuite séquestré et attaché, comme déterminé dans un communiqué de presse. « L’accusé se serait suicidé avec une arme à feu », selon le parquet.

LIRE AUSSI : A Rouen, deux mères de famille sont jugées pour avoir tué et massacré un de leurs compagnons

« Cet homme ne faisait que son travail… Aujourd’hui, il n’est pas revenu. Il a été assassiné dans le cadre de ce contrôle fiscal », a déclaré le ministre des Comptables publics, Gabriel Attal, s’adressant à minuit au Sénat. La victime était le chef d’une brigade de vérification dans le Pas-de-Calais, a-t-il précisé.

La région Guadeloupe dénonce une cyberattaque « de grande ampleur »

La région Guadeloupe a porté plainte suite à une « cyberattaque de grande ampleur », déclarant avoir compromis l’ensemble de ses réseaux informatiques pour protéger ses données. « Par mesure de sécurité, tous les réseaux informatiques ont été arrêtés pour protéger les données et un diagnostic est en cours », a indiqué lundi la région dans un communiqué.

« Un plan de continuité de service a été élaboré pour assurer la mission de service public », a précisé l’entité locale, qui a ajouté avoir déposé plainte et adressé une notification à la Cnil. Dans une communication interne, transmise à l’agence dans l’après-midi et consultée par l’AFP, la régie régionale a indiqué qu’une cellule de crise avait été mise en place et a recommandé à l’agence d’être plus vigilante. La région a indiqué qu’elle travaillait en étroite collaboration avec l’Agence nationale de sécurité du système d’information, la police nationale et la gendarmerie.

À Lire  Divers événements et témoignages en Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI : Face à l’explosion des cyberattaques, la solution que se disputent les gouvernements

La région est venue s’ajouter à la liste des entités locales touchées par des attaques informatiques ces derniers mois, après l’hôpital de Corbeil-Essonnes en août, la ville de Caen fin septembre, le département de Seine-Maritime en octobre et la Seine-et-Marne en Novembre. Dans l’Essonne, une rançon de 10 millions de dollars, réduite par la suite à un ou deux millions de dollars, selon les sources, a été réclamée au centre hospitalier.

Chine : 38 morts dans l’incendie d’une usine dans le centre du pays

Un incendie dans une usine dans le centre de la Chine a fait au moins 38 morts et deux disparus, a annoncé mardi l’agence de presse officielle Xinhua, citant les autorités locales. L’incendie s’est produit « lundi après-midi dans une usine de la ville d’Anyang, dans la province centrale du Henan », a indiqué le bureau officiel chinois, sans donner plus de détails.

Les accidents industriels sont fréquents en Chine, souvent causés par un mauvais respect des règles de sécurité. En mars 2019, une explosion dans une usine chimique de Yancheng, une ville située à 260 kilomètres au nord de Shanghai, a causé la mort de 78 personnes et détruit des maisons à plusieurs kilomètres à la ronde.

LIRE AUSSI:Covid-19 : la Chine verrouille la zone autour de la plus grande usine d’iPhone au monde

Mais l’un des accidents industriels les plus graves s’est produit en 2015 à Tianjin, dans le nord du pays. Une puissante explosion dans un entrepôt de produits chimiques a tué au moins 165 personnes dans cette grande ville portuaire située à 120 kilomètres au sud-est de Pékin.