3 questions à Me Emmanuelle Llop (Equinoxe Avocats)

Entre les vols déjà annulés, les grèves annoncées et la pénurie de personnel qui se profile, l’été 2022 risque d’être très chaud dans les aéroports français, mais pas que… Si les voyageurs vont devoir s’armer de patience et croiser les doigts pour que leurs vols se déroulent comme prévu, comment les professionnels du tourisme peuvent-ils se préparer au chaos annoncé ? Nous avons fait un point juridique avec Me Emmanuelle Llop, du cabinet Equinoxe Avocats. Interview.

Nous déclinons toute responsabilité vis-à-vis de l’agence ou du TO, si malgré l’information particulière sur le temps d’attente prolongé, le client manque son vol – DR : DepositPhotos.com, jarino

TourMaG.com – L’été 2022 s’annonce compliqué dans les aéroports français. On parle de grèves, mais aussi de manque de personnel, ce qui peut entraîner de longues files d’attente lors du contrôle des bagages ou des passeports. Comment les agents de voyages peuvent-ils se protéger au mieux de leurs clients ? Car même en leur conseillant d’arriver à l’aéroport quelques heures plus tôt, sont-ils responsables si un client est en retard pour un vol en raison d’embouteillages ou de retards aux différentes « barrières » de l’aéroport ? &#xD ;

&#xD ;

Emmanuelle Llop :

&#xD ;

Mais d’abord, la situation des aéroports : il est évident pour les professionnels d’informer les clients sur les délais allongés des contrôles et formalités effectués tant par les compagnies que par la police. &#xD ;

&#xD ;

De manière générale, le Code du Tourisme impose aux voyageurs d’être informés de l’heure « HLE » ou heure limite d’enregistrement (article L.211-10 dernier alinéa) bien en amont du voyage. &#xD ;

&#xD ;

Mais dans des circonstances inhabituelles (même si, par exemple, à l’aéroport de Paris CDG, il semble y avoir une certaine coutume du chaos …) des informations spéciales d’agences qui, rappelons-le, sont en contact direct avec les voyageurs. &#xD ;

&#xD ;

D’après leur expérience, ils apprécieront le temps qu’il faut ajouter aux fameux « 3 heures avant le départ » pour s’enregistrer.

Du point de vue de la responsabilité, personne ne pourra être tenu pour responsable vis-à-vis de l’agence ou de l’OT si, malgré une information particulière sur le temps d’attente prolongé, le client manque le vol. &#xD ; &#xD ; En revanche, il est concevable que la responsabilité des transporteurs aériens eux-mêmes puisse être recherchée, car il est évident qu’en plus du retour des vols perdus, il existe des dommages prévisibles dus à des grèves ou à un manque de personnel : frais de vacances annulés ou amputé, préjugés moraux, etc. & # xD ; &#xD ; Mais qui attaquera l’entreprise, ADP ou même l’État sur cette seule base ? Sans aucun doute un sujet pour les associations de consommateurs & # XD ; &#xD ; LIRE AUSSI : Vols annulés : quels droits pour les voyageurs ? &#xD ; Je voudrais également aborder le risque pour les professionnels que représentent les réclamations des voyageurs lorsque des vols sont annulés par certains transporteurs, même bien avant la date de départ, dans le cadre de voyages à forfait. &#xD ; &#xD ; Certaines agences commencent à me signaler quelques dossiers où les clients souhaitent que l’agence trouve à leurs frais une solution de remplacement – pas toujours disponible – ou qu’elle restitue le contrat ou même indemnise les dommages causés par l’annulation des vacances. &#xD ; &#xD ; Cependant, si l’entreprise rembourse les billets, elle perd l’intérêt du terrain… Cependant, l’agence se charge entièrement soit de fixer le changement de forfait, soit de rembourser/indemniser le voyageur dont le voyage est purement et simplement annulé. &#xD ; &#xD ; Une solution consiste à informer très clairement le transporteur que le terrain est lié aux vols, mais on sait, par exemple, à propos de l’achat de billets su r low cost, que ce lien n’est pas facile à faire ni à prouver. Je recommande une grande vigilance sur le sujet.

À Lire  "L'euthanasie de mon père a réveillé en moi une grande colère"

&#xD ;

En revanche, il est concevable que la responsabilité des transporteurs aériens eux-mêmes puisse être recherchée, car il est évident qu’en plus du retour des vols perdus, il existe des dommages prévisibles dus à des grèves ou à un manque de personnel : frais de vacances annulés ou amputé, préjugés moraux, etc. & # xD ;

&#xD ;

Mais qui attaquera l’entreprise, ADP ou même l’État sur cette seule base ? Sans aucun doute un sujet pour les associations de consommateurs & # XD ;

&#xD ;

LIRE AUSSI : Vols annulés : quels droits pour les voyageurs ?

&#xD ;

Je voudrais également aborder le risque pour les professionnels que représentent les réclamations des voyageurs lorsque des vols sont annulés par certains transporteurs, même bien avant la date de départ, dans le cadre de voyages à forfait. &#xD ;

&#xD ;

Certaines agences commencent à me signaler quelques dossiers où les clients souhaitent que l’agence trouve à leurs frais une solution de remplacement – pas toujours disponible – ou qu’elle restitue le contrat ou même indemnise les dommages causés par l’annulation des vacances. &#xD ;

&#xD ;

Cependant, si l’entreprise rembourse les billets, elle perd l’intérêt du terrain… Cependant, l’agence se charge entièrement soit de fixer le changement de forfait, soit de rembourser/indemniser le voyageur dont le voyage est purement et simplement annulé. &#xD ;

&#xD ;

Une des solutions est d’informer clairement le transporteur que les vols ont une liaison terrestre, mais on sait, par exemple lors de l’achat de billets pas chers, que ce n’est pas facile à faire ni à prouver. Je recommande une grande vigilance sur le sujet.

Me E. Llop : « Les professionnels doivent informer leurs clients des contrôles et formalités étendus effectués par les entreprises et les services de police » – DR : Equinoxe Avocats

TourMaG.com – Vaut-il mieux pour une agence qui vend des voyages à forfait passer par un tour opérateur pour vendre une offre vol + hôtel ? Est-ce moins risqué d’un point de vue juridique ? &#xD ;