Selon l’observatoire de l’automobile Cetelem 2023, si les Français devenaient propriétaires d’une voiture, ils exigeraient des sacrifices financiers plus ou moins importants. En raison de l’inflation de ces dernières années et de la croissance des prix des voitures neuves (+36 % entre 2006 et 2020), le projet est quasiment irréalisable pour certains d’entre eux.

Effondrement des ventes de voitures neuves à des particuliers

Flavien Neuvy, directeur de l’observatoire Cetelem, précise que près de 60 % des personnes interrogées lors de l’enquête estiment qu’elles ne pourront pas mettre en œuvre leur projet d’achat de voiture.

Une inquiétude qui devrait s’accroître au cours des prochaines années compte tenu de l’inévitable flambée des prix des voitures neuves et électriques et de l’arrêt programmé des modèles à moteur à combustion.

Important Déjà, la proportion de voitures neuves achetées par les Français diminue d’année en année, passant de 17 % en 1990 à 2 % en 2021. Seuls 600 000 individus sur 3 millions de foyers recensés en France ont choisi de le faire d’ici 2021.

Un coût d’utilisation élevé

Six répondants sur dix estiment que les prix actuels publiés par les concessionnaires et les constructeurs automobiles restent raisonnables.

Pourtant, la concrétisation de l’achat d’une voiture reste souvent la récompense de nombreuses années d’économies dans les années 70 et 80.

Mais avec la démocratisation du crédit auto et les différentes solutions de financement disponibles, il est désormais plus facile pour les ménages français d’acheter une voiture.

À Lire  consommation La folie des moulins à café, la fin des dosettes ?

Nombreux sont ceux qui pensent que posséder un véhicule est devenu un véritable parcours du combattant en raison de l’augmentation constante de leurs charges limitées. Près de la moitié des répondants estiment que les coûts d’entretien l’emportent sur leurs dépenses.

Le carburant est de loin le plus cher selon 77%. Les trois quarts des propriétaires de véhicules avouent ne pas pouvoir quitter la voiture et plus de la moitié d’entre eux ont décidé de réduire le nombre de trajets pour faire des économies.