(AOF) – Accor s’attend, de son activité Services Propriétaires, comprenant les ventes, le marketing, la distribution et la fidélisation, à retrouver un EBITDA équilibré (EBITDA) au second semestre 2022. Ce retour à l’équilibre, qui montre la résilience du groupe est bon, notamment en raison de la forte reprise de l’activité durant l’été et est le fruit des investissements marketing et commerciaux réalisés au premier semestre 2022.

L’impact positif de ces investissements, le maintien d’une stricte maîtrise de la base de coûts et le fort dynamisme de l’activité permettent au groupe de relever son objectif d’EBITDA pour l’exercice 2022, initialement annoncé au-dessus de 550 millions d’euros et qui est désormais attendu entre 610 et 610 millions d’euros. 640 millions d’euros.

Accor est également entré en négociations exclusives avec le groupe Valesco (The Valesco Group) pour vendre son siège social à Paris, la Tour Sequana, pour 465 millions d’euros.

Cette vente est accompagnée d’un « sale and leaseback » de 12 ans.

La transaction, soumise aux due diligences normales, devrait être finalisée d’ici la fin de l’année.

Elle s’inscrit dans la stratégie « asset light » du groupe, qui vise notamment à simplifier la structure du bilan de Accor.

– Premier opérateur hôtelier mondial, créé en 1967, avec plus de 40% du marché (hors France, 1/3 du marché), leader en Asie-Pacifique, Moyen-Orient-Afrique et Amérique Latine ;

– Un portefeuille hôtelier de 5 300 hôtels, soit 778 000 chambres dans 100 pays, du luxe pour 26% du chiffre d’affaires sous les marques Fairmont, Pullman, Raffles, Sofitel, etc. à milieu de gamme (34%) et économique Adagio, Ibis, Mercure, Novotel… ;

– Une activité équilibrée de 2,2 milliards d’euros dans le monde répartie en deux pôles principaux, Hotel Services pour les hôtels détenus en franchise ou en management (72%) et HotelAssets pour ceux détenus en propre ainsi qu’une diversification vers les services de conciergerie, la location de résidences de luxe ou les services numériques pour les hôtels. , etc;

– Un modèle économique basé sur la réduction des besoins en fonds propres par « asset light » – vente d’immeubles et contrôle de gestion, en fidélisant et en optimisant le modèle ;

À Lire  Fincantieri sécurise la commande d'un nouveau navire de croisière de luxe

– Capital caractérisé par la présence des opérateurs hôteliers chinois Jin Jiang et Huazhu (13% et 6,2% chacun), du fonds qatari QiA (11,3%) et de l’anglais Kingdom Hotel (9,21%), les fondateurs détenant 1,43% du capital, avec un conseil d’administration de 12 membres présidé par le directeur général Sébastien Bazin ;

– Structure financière maîtrisée avec 2,5 milliards d’euros de trésorerie contre 2 milliards d’euros d’endettement net à fin juin.

– Simplification de l’organisation en deux pôles : « Economy, Midscale & Premium Division », division hôtelière qui regroupe les marques Ibis, Novotel, Mercure, Swissôtel, Mövenpick et Pullman / « Luxury & Lifestyle Division », la division qui regroupe les marques d’hôtellerie de luxe et Inis Mór, l’entité Lifestyle du Groupe ;

– Stratégie RESET pour des économies de coûts récurrents – 200 M€ par an ;

– Stratégie d’innovation dans le service d’accueil ALL-Accor Live Limitless renforcé avec une plateforme unique centrée sur les offres du groupe, utilisant les données personnelles et commerciales pour fidéliser la clientèle ;

– Stratégie environnementale « Planet 21 » : réduction des consommations d’énergie, plan d’action carbone pour un quart des hôtels AccorInvest, vers l’élimination des plastiques à usage unique, audit d’un tiers des fournisseurs, lancement du 1

euh

« prêt vert »

– Bénéfices du partenariat stratégique avec le chinois Huazhu Hotel Group, visant à renforcer les marques Ibis, Mercure et Novotel en Chine, à Taïwan et en Mongolie ;

– Accélération de la diversification dans le « lifestyle », et Ennismor en particulier, à 62,2%.

– Confirmation de la hausse du RevPar (indicateur d’activité hôtelière) qui a dépassé le niveau de 2019 au 2ème semestre ;

– Une forte exposition à l’Europe, qui contribue à près de 40% du résultat opérationnel, et une anticipation de la montée en puissance de la Chine et de l’Asie du Sud-Est ;