Installé depuis 12 ans à Gravigny, le sauna libertin de la rue Fernand-Léger retrouve doucement sa clientèle d’avant Covid. Dans la question, le pass sanitaire était jugé trop contraignant.

Charles Giovaccini

Publié le 8 novembre 21 à 16h41

mis à jour le 8 21 novembre à 16h42

11 mois de fermeture

A son ouverture, nous n’avons pas donné beaucoup d’argent pour l’avenir d’Aqualiberta. Ni les menaces de l’ancien maire de Gravigny, déterminé à fermer le lieu de spectacle, ni les fermetures administratives, ni la crise sanitaire n’ont aidé le sauna libertin de la rue Fernand-Léger.

Une trentaine de clients fidèles

Contre toute attente, 12 ans après l’inauguration, la porte est toujours ouverte. L’enseigne a changé trois fois de nom, mais les clients sont revenus dès sa réouverture en juin.

Derrière le comptoir, sous les projecteurs fluorescents, Kevin Masson n’est pas étranger à ce lieu. Il a pris le contrôle du sauna que son père Ludovic a créé en octobre 2019. « Entre-temps, le sauna a été tenu par le couple pendant trois ans, il s’appelait Le Passion. » Reconverti aux Thermes, l’établissement spécialisé dans les relations assez proches a ressenti de plein fouet la crise sanitaire et la distanciation sociale. Fermé de mars 2020 à juin 2020, aurait pu rouvrir quatre mois avant de refermer. « Nous avons finalement réussi à ouvrir en juin 2021 » D’abord avec un masque obligatoire, puis avec un pass sanitaire.

« On travaille bien depuis l’ouverture, et en juin-juillet, les gens avaient hâte de sortir pour se retrouver. » La situation s’est inversée lorsque le 9 août 2021, le pass sanitaire est devenu obligatoire dans tous les lieux de banquet. Kevin s’est conformé, mais certains de ses clients n’ont pas suivi. « J’ai commencé à repousser les gens », dit-il, annonçant une perte de 30% de ses revenus. Contraint de refouler certains habitués, le propriétaire du sauna n’a pas le choix. Visé par la première lumière où « tout le monde devait s’habiller » en quatrième vitesse pour présenter sa candidature, il a décidé de jouer à ce petit jeu.

À Lire  "7 conseils pour améliorer votre référencement immobilier local", Cédric Laporte