Quand elle a fait son baptême en parachute, Marie Pineau n’imaginait pas que cette expérience découlerait sur une passion. Trois ans plus tard, la Vannetaise est vice-championne de France en vol relatif à 4.

C’est le genre de cadeau partagé que nous sommes heureux d’offrir à un ami ou à un membre de sa famille pour ses 18 ans. Un cadeau qui marque les esprits à vie pour son côté adrénaline et la beauté des paysages, si vous avez la chance de faire ce baptême au dessus du Golfe du Morbihan ou du Golfe de Quiberon. Marie Pineau avait cette idée en tête pour son passage à la majorité. Elle a attendu un peu à la fin, mais elle l’a fait ! Près de 300 sauts plus tard, le natif de Quimper, installé à Vannes depuis deux ans, s’en souvient comme si c’était hier. « Il y avait un mélange de stress, d’excitation et d’adrénaline. Quand tu descends de l’avion, il y a ce sentiment de liberté, et c’est tellement beau », témoigne avec enthousiasme le jeune homme de 24 ans. « Dès que j’ai posé les pieds sur terre, j’ai décidé de tout recommencer. C’est vraiment devenu une passion ! », avoue le professeur d’anglais, qui a immédiatement intégré le Paraclub de Monterblanc.

De la confiance en soi

À chaque saut, elle prend toujours des mirettes ! « C’est toujours aussi bien, je n’ai plus le stress que j’avais encore depuis assez longtemps. Par beau temps, je vois toute la baie, c’est beau ! C’est super aussi quand on est au-dessus des nuages, avec le soleil, et quand on passe la couche nuageuse, on a l’impression d’être hors du temps. » Outre l’aspect émotionnel et sensationnel, Marie Pineau convient que cette expérience lui a donné beaucoup de confiance dans la vie de tous les jours. « Si tu sautes d’un avion à 4 000 m, tu penses que tu peux faire beaucoup de choses. Même la vie en club te donne l’opportunité de prendre des responsabilités. » Lors des stages de saut, d’incitation et de détection, Marie Pineau a été sélectionnée dans l’équipe de France de vol relatif. « Vous devez avoir au moins 30 sauts avant de passer votre certificat en vol relatif. Je l’ai juste fait comme ça avec mes amis et puis l’entraîneur, Mathieu Bernier, m’a demandé. Je ne connaissais pas mes trois coéquipiers et nous nous sommes entraînés la veille. » Le vol par rapport à quatre (ou huit) consiste à effectuer diverses figures imposées en chute libre pendant 35 » depuis la sortie de l’avion. Le tout dix fois. D’abord, Marie remporte la médaille d’argent de Pineau et son équipe !  » Une agréable surprise !  » Avec une seule envie : y retourner !

À Lire  Aucun. Heaven's Party grandit

Pratique

Pour plus d’informations : Paraclub de Monterblanc