Une formation intensive d’environ 400 heures réparties sur neuf semaines pour devenir développeur web, data analyst ou data scientist. C’est ce que propose Le Wagon à Toulouse, avec l’ouverture de son campus, dans le Village by CA 31, dès janvier. « Nous commençons par une première session de douze personnes en développement web. Nous ouvrirons probablement l’analyse de données en avril et la science des données viendra plus tard », explique Matteo Bianchi, responsable du nouveau campus toulousain, lui-même allé au Wagon à Paris après avoir travaillé dans la finance. L’objectif affiché est d’accueillir 40 à 50 étudiants par promotion d’ici un an.

Une formation encadrée

Fondée en 2013, la structure, qui compte aujourd’hui 46 campus dans le monde et affirme avoir formé 17 500 personnes, se positionne sur les métiers sous tension, assurant un travail à la sortie. « Nous avons un taux d’intégration d’environ 95 % en six mois », précise Romain Paillard, co-fondateur du Wagon. « 211 start-up ont également été fondées par des alumni et ont levé 860 millions d’euros. »

Destiné aux personnes en reconversion, ainsi qu’aux étudiants ou demandeurs d’emploi, ce « coding boot camp » propose une formation certifiante RNCP niveau 6, équivalent Bac +3/4. « Via une plateforme développée en interne, Le Wagon propose un accompagnement de A à Z, avec une formation concrète à l’apprentissage par la pratique et l’encadrement d’un enseignant pour sept élèves », explique Matteo Bianchi. Pour la sélection, les managers attachent une grande importance au projet et à la motivation et un certain niveau d’anglais, indispensable dans le monde du code, est requis. La formation est également éligible à divers financements, comme le Compte Personnel de Formation (CPF) ou Pôle Emploi.

À Lire  Métavers dans l'enseignement supérieur : "il y a une vraie volonté de créer une expérience collaborative"

Pour Romain Paillard, l’implantation à Toulouse n’est pas un hasard. « Il y a une vraie dynamique entrepreneuriale, innovante, industrielle et étudiante. Nous voulons nous implanter dans cet écosystème et nouer des partenariats. »