Inquiétante pour la santé mentale, les signes de dépression, voire les pensées suicidaires, cette enquête menée par l’agence CSA pour les compagnies d’assurance auprès des étudiants LMDE dresse un tableau plutôt sombre de la santé mentale des jeunes.

Préoccupée par la santé mentale, les signes de dépression, voire les pensées suicidaires, cette enquête dresse un portrait plutôt sombre de la santé mentale des jeunes. Alors que 70 % des étudiants interrogés se disent optimistes quant à leur avenir personnel et professionnel, les deux tiers sont très pessimistes quant à l’avenir de la société française et des générations futures, et 80 % sont pessimistes quant au changement climatique. Ce dernier point interpelle le directeur général de la LMDE, Fabrice Grière à franceinfo ce lundi : « Les psychologues parlent même d’anxiété environnementale, qui ferait du lit un autre trouble ».

EN DIRECT – 70% des étudiants en situation de maladie selon une étude pour la LMDE ️ « Précédent sondage datait de 2019. Ce sont des tendances de fond. Elles nous parlent d’un grand pessimisme sur l’avenir de la société », pour Fabrice Grière, directeur général de la LMDE pic.twitter .com /8YBqVRTsWc

70% des étudiants interrogés s’estiment en situation de maladie, 68% citent des symptômes de dépression et 36% admettent avoir des pensées suicidaires, en hausse de 6 points par rapport à 2019. Pour 46% des répondants, la dépression en fait partie. grande peur de la maladie, contre 22 % dans la population générale. Un constat alarmant qui ne les a pas forcément incités à consulter puisque 38 % avaient renoncé à des soins médicaux au cours des douze derniers mois. 49% ont déclaré l’avoir fait à cause de leurs finances.

La situation financière a également exacerbé ce mauvais sentiment (45% se considèrent en difficulté financière) tout comme la crise sanitaire (68% ont déclaré que le Covid avait impacté négativement la vie de leurs étudiants, 52% ont fait ce constat sur leurs interactions sociales avec leurs proches ). La crise sanitaire a « déconnecté tous les étudiants du lien social », selon le directeur général de la LMDE. Les professionnels de la santé s’inquiètent également de « l’effet dit d’accumulation, qui fait qu’on ne verra qu’une partie visible des effets du Covid et qu’on s’attend à des effets à long terme », a-t-il dit.

À Lire  Prélèvement Opteven Courtage : comprendre ce prélèvement sur votre relevé | Info-mag-annonce.com

Collègue prévention des pensées suicidaires

La Mutuelle des étudiants a également identifié le syndrome du diplôme bon marché chez les jeunes. « Ces étudiants se disent : ‘J’ai eu mon diplôme pendant le confinement. Il aura moins de valeur aux yeux de l’employeur' », explique Fabrice Grière. Et cela amplifie le sentiment d’anxiété chez ces jeunes.

La proportion d’élèves ayant eu des pensées suicidaires a fortement augmenté par rapport à 2019. « Ce qui est plus inquiétant, c’est que la moitié de ces élèves disent ne pas en parler, ne pas se défouler », a souligné le directeur général de la LMDE sur franceinfo. La Mutuelle des étudiants vient de mettre en place une permanence téléphonique pour répondre à cette urgence. Il propose également une « prévention par les pairs » qui est « vraiment quelque chose que les étudiants anticipent et apprécient beaucoup », selon Fabrice Grière. « En tant que parents, nous avons tous vécu le fait que ces messages de prévention aux enfants ne passent pas toujours bien. Sauf que quand d’autres jeunes parlent à des jeunes, le message passe plus » et mieux, explique-t-il. .