La baisse ou la perte du désir sexuel est un problème complexe qui dépend de nombreux facteurs physiologiques, psychologiques, sociaux, culturels… De plus, les causes sont propres à chaque personne et à chaque couple. On ne peut pas appliquer à tout le monde une recette magique pour retrouver instantanément l’envie de relations intimes ou de faire l’amour !

Cependant, il existe sept raisons principales qui peuvent expliquer une diminution voire une disparition de la libido. Dans ces cas là, ne dramatisez pas car cela arrive à tous les couples. On ne peut pas toujours vouloir faire l’amour. Une baisse temporaire du désir sexuel n’est pas alarmante. Il devient comme ça s’il persiste pendant des semaines ou des mois.

Au moment des premières émotions amoureuses, nous mettons naturellement tout en œuvre pour nous amuser avec notre partenaire. On est tellement au-dessus de son petit nuage qu’on peut tout oser dans le domaine sexuel. Nous essayons de trouver des mots, des caresses, des positions… pour améliorer nos performances. Nous faisons également l’expérience de choses auxquelles nous n’aurions même pas pensé avant de recevoir la flèche d’amour de Cupidon, comme faire l’amour dans des endroits improbables. Puis, avec le temps, la passion s’apaise. Insidieusement, les habitudes s’installent. On utilise les mêmes caresses, on fait l’amour de la même manière, on ne s’aventure plus au-delà du lit…

Bref, la routine prend le dessus, nous fige dans des automatismes qui rendent notre vie sexuelle ennuyeuse. On fait moins souvent l’amour… ou alors, on va chercher ailleurs ! Si vous vous souciez de votre partenaire, ne laissez pas les habitudes vous momifier dans une vie amoureuse et sexuelle stéréotypée !

Retournez visiter ou faire l’amour dans des lieux où vous avez de bons souvenirs, ou au contraire, variez les lieux de plaisir… Cherchez de nouvelles caresses, de nouvelles positions, inventez des scénarios torrides, faites des jeux de rôle, enfilez de la lingerie sexy. Retournez à la découverte des zones érogènes de votre partenaire (il y en a sans doute que vous ne connaissez pas), invitez-le (ou lui) à faire de même, massez-vous… Laissez votre imagination prendre le dessus.

Le stress est un autre facteur très fréquent qui explique la baisse du désir car il a des répercussions physiologiques, y compris sur la vie sexuelle. De plus, dans nos sociétés modernes, étant la philosophie générale basée sur la compétitivité, les causes de stress ne manquent pas, tant dans l’éducation scolaire, dans la famille, dans le travail, dans la vie affective, dans les relations sociales, dans le sport… Nous avons toujours essayez d’être haut tout le temps.

Consciemment ou inconsciemment, chacun essaie d’être le meilleur dans son domaine. Quand tu es ado, tu ne veux pas décevoir tes parents, tu essaies d’avoir les meilleures notes, de réussir des examens pour intégrer les meilleures universités. Nous continuerons l’habitude de travailler de notre mieux pour réussir nos examens pour, ensuite, déboucher sur un bon travail… où nous essaierons aussi d’être performants… et ainsi de suite… De même, dans la vie privée, nous essaierons être le meilleur amant; nous nous mettons également la pression pour être performants dans cette industrie. Cette culture de l’excellence a ses mérites mais elle augmente notre niveau de stress. Ce qui impacte notre esprit et notre corps et ne nous met pas dans les meilleures conditions pour faire l’amour !

Il faut donc prévenir le stress ou s’en débarrasser au plus vite en pratiquant des méthodes de relaxation, des techniques psycho-corporelles (méditation, yoga, chi kong, etc.). En effet, il faut absolument libérer sa principale victime du stress : notre cerveau ; nos désirs sexuels sont intimement liés à notre état d’esprit.

Après la routine et le stress, le manque de communication est une cause majeure de baisse de libido. Ces deux fléaux peuvent aussi en être la conséquence. Aussi, évitez ces trois maux (routine, stress, communication) et trouvez les mots pour les dire.

Lorsque nous avons un problème avec notre partenaire, nous n’en parlons souvent pas ou supposons qu’il (ou elle) le sait aussi. Surtout, ne pratiquez pas la politique de l’autruche… Parlez-en ouvertement. C’est par la communication que vous serez en mesure de résoudre un problème avant qu’il ne dégénère en une crise plus grave, conduisant à l’infidélité ou à la rupture. Évidemment, mieux vaut connaître les goûts de chacun avant d’agir, mais ce n’est pas toujours possible ni opportun !

Si vous constatez des problèmes lors d’un premier rapport sexuel, rectifiez la situation lors de celui-ci. Évitez de poursuivre une pratique, une position, une caresse… que vous n’aimez pas ou de dire des mots que votre partenaire ne veut pas entendre. Ne le prenez pas mal et ne laissez pas votre orgueil prendre le dessus en réagissant de manière agressive. Cela peut arriver, surtout les premières fois. Vous avez beaucoup à apprendre de l’exploration conjointe de vos deux corps en vous rapprochant l’un de l’autre dans ces deux territoires inconnus.

Si vous n’avez pas été en mesure d’accomplir ce que vous vouliez, parlez d’abord de votre prochaine relation. Ne blâmez jamais l’autre a priori. Votre partenaire a probablement ses propres raisons pour lesquelles vous l’interrogerez (ou elle) montrant de la compréhension pour ses blocages.

Ayez le courage d’affronter les problèmes, avant qu’ils n’enveniment votre relation et que votre désir pour l’autre, ou le sien pour vous, ne diminue. Aussi, une relation évolue toujours dans le temps, vous avez peut-être envie d’autres plaisirs, de nouvelles envies… tout comme votre partenaire. Le changement est un processus normal dans une relation et lui permet même de durer et de ne pas tomber dans la routine de tuer l’amour.

Le célèbre écrivain Antoine de Saint-Exupéry (1900 – 1944) disait : « Aimer, ce n’est pas se regarder, c’est regarder ensemble dans la même direction. « L’attirance amoureuse est une alchimie complexe qui dure si elle ne repose pas uniquement sur l’attirance physique. Ce n’est pas toujours facile au début d’une relation car l’intérêt pour un inconnu est souvent motivé par des critères physiques de beauté. Une relation basée uniquement sur ce critère a peu de chances de durer si ce n’est le désir des deux partenaires de se voir juste pour faire l’amour.

Cependant, si vous envisagez une relation durable, avec le temps l’excitation physique peut diminuer et la passion peut se transformer en une forme d’amour des deux partenaires, votre relation doit être basée sur d’autres critères comme les goûts ou les projets communs. En fait, si vous vous voyez souvent avec peu d’idées ou d’objectifs à partager, il y a de fortes chances que le corps de l’autre ne soit plus un puissant moteur de plaisir à long terme. En plus d’éviter la routine sexuelle, vous aurez besoin d’avoir des plans à partager. C’est bien, bien sûr, que chacun ait des activités qui lui correspondent. Cependant, poursuivre des rêves ensemble et partager des passions est également un puissant stimulant sexuel. Si on se regarde, on s’ennuie vite et on finit par chercher ailleurs !

À Lire  Eco news Val-de-Marne #6 : karting volant, RSE au Parc des Petits Carreaux, nouveau président Entreprendre 94

Certains médicaments réduisent le désir de faire l’amour. C’est notamment le cas des antidépresseurs, des anxiolytiques ou des traitements hormonaux. Si votre manque d’intérêt pour le sexe coïncide avec la prise de médicaments, consultez votre médecin pour modifier votre posologie ou obtenir une ordonnance qui n’affectera pas votre vie sexuelle.

De même, certaines maladies entraînent une diminution ou une disparition de la libido. Outre les troubles sexuels proprement dits (frigidité, impuissance, éjaculation précoce ou autres dysfonctionnements mécaniques ou psychologiques), d’autres problèmes peuvent entraîner une perte de libido comme la fatigue, la dépression, des maladies graves (maladies cardiovasculaires, tumeurs, accidents cérébraux type AVC, etc.). Ces maladies peuvent profondément perturber l’humeur des personnes concernées car l’esprit est mobilisé par la maladie et/ou les médicaments utilisés peuvent avoir un effet de blocage sexuel.

De même, des phénomènes naturels comme la ménopause (andropause chez l’homme) peuvent provoquer un désintérêt pour la sexualité. L’utilisation d’un stérilet ou de certaines méthodes contraceptives peut expliquer une indifférence à tout désir sexuel. Par conséquent, certaines pilules provoquent une sécheresse vaginale qui entraîne des douleurs lors de l’acte. En cas de doute, consultez votre médecin pour voir si cela en est la cause et cela changera votre méthode de contraception. De même, les problèmes hormonaux tels que les dommages à la thyroïde, le diabète, le surpoids, etc. ils peuvent changer le comportement sexuel.

Les chocs émotionnels comme les expériences traumatisantes (viol, inceste, contacts non désirés…) mais aussi un licenciement, la perte d’un proche, l’arrivée d’un enfant, des problèmes financiers, voire une dépression émotionnelle… peuvent aussi entraîner de la libido .

Votre mode de vie, notamment votre alimentation, votre rythme de vie, votre temps de sommeil, la pratique d’une activité physique ou d’un sport… ont également une influence déterminante sur votre vie intime et sexuelle. Si vous êtes fatigué, si vous souffrez de surmenage, si vous vous adonnez trop, si vous ne dormez pas assez, si vous ne faites pas de sport, si vous avez une vie désordonnée… vous n’êtes pas au mieux de votre forme physique condition d’être apte aux prouesses sexuelles.

Déterminez les causes qui vous empêchent de maintenir une relation intime à long terme. Ce qui nécessite principalement une bonne condition physique et un cœur en bon état car il est énormément sollicité lors des rapports sexuels.

La dépense calorique pendant les rapports sexuels a été mesurée en MET. L’équivalent métabolique (MET pour « metabolic equivalent of task ») mesure le nombre de calories brûlées par minute d’activité. Ainsi, selon une étude scientifique*, une personne dépenserait 2,7 à 3,7 METs lors d’un rapport sexuel d’une durée moyenne de 24,7 minutes. Cela correspond à une activité légère à modérée.

De plus, faire du sport ou pratiquer une activité physique régulière, même modérée, donne envie de faire l’amour plus souvent et soutient les efforts cardiaques et physiques nécessaires pour avoir des rapports sexuels suffisamment longs et agréables pour les deux partenaires.

* Dépense énergétique pendant l’activité sexuelle chez les jeunes couples en bonne santé. Julie Frappier et al. Plos One Octobre 2013. Ces mesures ont été réalisées sur des participants âgés de 19 à 25 ans.

Un autre facteur qui explique une perte ou une diminution du désir est les idées reçues sur la sexualité. Nous avons tous notre vision de la sexualité influencée par de nombreux facteurs : notre culture d’origine, l’éducation ou le manque d’éducation sexuelle pendant notre adolescence, notre expérience sexuelle alimentée par nos expériences passées ou le manque d’expérience, le fait d’être encore vierge (à un homme ou une femme), l’influence de la pornographie…

Cette fidélité parfois négative à une vision déformée des rapports sexuels peut expliquer une baisse de la libido et/ou la disparition du désir sexuel. Alors, traquez impitoyablement les idées préconçues qui ont conduit à cela.

Si vous êtes un homme, arrêtez de penser qu’il faut prendre l’initiative dans une relation sexuelle, qu’il faut mener les ébats pendant l’acte pour prouver sa virilité et la faire durer le plus longtemps possible. De même, arrêtez de croire que vous devez faire l’amour tous les jours ou constamment pour montrer à l’autre que vous l’aimez. Si votre partenaire n’aime pas l’une de vos pratiques, ne pensez pas nécessairement que cela remet en cause votre capacité à lui plaire. Si elle (ou il) ne veut pas faire l’amour tous les jours ou plusieurs fois par jour, cela ne veut pas dire qu’elle ne vous aime pas. Le plaisir que vous procurez à votre partenaire n’est pas lié à la taille de votre pénis mais à la façon dont vous l’utilisez. De même, ne vous sentez pas obligé d’avoir des relations sexuelles quand vous n’en avez pas envie.

Philippe Kerforne

Je suis journaliste, rédacteur de contenu, rédacteur de newsletter, auteur d’une quarantaine de livres et responsable des sites Santé Total et Pirate Marketing. & # xD; & # xD; Mes domaines de prédilection sont variés car ma curiosité est insatiable. Les domaines suivants font partie de mes favoris : développement personnel, diététique, alimentation bio, perte de poids, médecines alternatives, remèdes naturels… & # xD ; & # xD ; Mais, encore plus fort que Dr. Jekyll et Mr. Hyde, je ne Je n’ai pas un mais plusieurs visages et je m’intéresse également aux méthodes pour gagner sa vie sur Internet, aux techniques d’optimisation de contenu, à la promotion en ligne et au marketing numérique. & # xD; & # xD; Je ne rechigne pas non plus à m’occuper d’écologie et d’actualité. & # xD; & # xD; Je suis toujours à la recherche de nouvelles méthodes pratiques et d’idées innovantes. Je suis un éternel optimiste et un chercheur endurci. & # xD; & # xD; Ma passion est d’informer car la connaissance rend plus libre.