Les fonds de pension israéliens détenaient 57,6 milliards de shekels en actions et obligations de compagnies pétrolières au deuxième trimestre de cette année, selon une enquête menée par l’agence auprès des principales institutions financières qui investissent l’argent des contribuables.

Les 17 milliards de dollars sont détenus par des entreprises qui gagnent de l’argent grâce au pétrole, au gaz, au charbon et à d’autres sources d’énergie, à partir de 64,5 milliards de shekels détenus au premier trimestre, et d’un peu plus de 57,5 ​​milliards de shekels enregistrés pour le dernier trimestre 2021.

Le Clean Money Forum, une coalition de 28 organisations judiciaires et sociales, cherche à encourager les institutions financières à s’éloigner des énergies fossiles et à fournir des informations aux investisseurs à la recherche d’argent vert. Il classe les 10 plus grandes institutions financières au monde disposant d’informations publiques concernant leurs investissements dans des sociétés pétrolières en Israël et à l’étranger.

Recevez notre édition quotidienne gratuite par email pour ne rien rater du meilleur de l’actualité

Inscription gratuite !

La société d’investissement israélienne, Altschuler Shaham, a promis en juillet 2021 d’arrêter de nouveaux investissements dans des entreprises impliquées « principalement dans la recherche ou la production de combustibles fossiles » avec des fonds de pension et de retraite, elle a été classée comme l’entreprise la plus propre au deuxième trimestre de cette année . .

Selon des données accessibles au public, 9,86% de ses investissements en obligations individuelles et d’entreprises étaient dans des entreprises du secteur des combustibles fossiles.

Meitav Dash suit Altschuler Shaham dans le classement avec une exposition de 10,42 % aux investissements fossiles, avec Yellin Lapidot à 11,24 % à la troisième place, contre la dixième place au dernier trimestre 2021.

Clal vient ensuite avec 12,3 %, suivi de Harel à 13,02 %, Phoenix à 13,51 %, Menorah à 13,93 %, More à 14,59 % et Migdal à 14,97 %.

Migdal est pointé du doigt dans le rapport pour avoir fait marche arrière sur les promesses précédentes de réduire le niveau d’investissement dans les combustibles fossiles.

L’ordre d’investissement dans les compagnies pétrolières et gazières des autorités israéliennes, répertorié par le Clean Money Forum pour le deuxième trimestre 2022. (Crédit : Forum sur l’argent propre)

Le Groupe Analyste a pris la 10e place, avec 16,04 % de ses investissements dans les énergies fossiles.

Le Clean Money Forum examine les règles d’investissement de l’argent et analyse les investissements réels en obligations et actions d’entreprises qui doivent être annoncés par les fonds de pension nationaux, les fonds d’épargne et les compagnies d’assurance. Il n’est pas possible d’obtenir d’autres opérations de ces organisations, telles que des prêts, que les entreprises n’ont pas à émettre. Les banques sont exclues du classement car elles ne sont pas tenues de publier les données sur les retraites.

Il fonde son investissement sur le Fossil Free Index de la Bourse de Tel Aviv, qu’il a aidé à lancer il y a deux ans, ainsi que sur l’indice mondial maintenu par As You Sow, basé sur les données de la société américaine de gestion d’actifs Morningstar.

À Lire  Assurance de prêt : la bancassurance rattrapée par le régulateur européen

Les classements du forum sont basés sur un système qui tient compte à la fois de la participation et de la politique d’investissement.

Les organisations placées en tête de liste sont celles qui investissent le moins dans le charbon, le pétrole et le gaz.

Le forum donne à chaque institution son avis sur la présentation des fossiles avant de publier les classements, ce qui leur permet de le faire.

Migdal, qui s’est engagé d’ici la fin de 2020 à ne pas faire de nouveaux investissements dans la production de combustibles fossiles et à réduire son exposition aux combustibles fossiles de 10 % par an jusqu’à ce qu’il atteigne une empreinte carbone nette neutre d’ici la fin de la décennie, a glissé du troisième. place à la fin de l’année dernière à la septième place au premier trimestre de cette année et à la neuvième place lors de la phase finale.

La société a en fait réduit ses revenus « sales » de 12 % en 2021, mais elle a reculé cette année et a investi davantage.

Image : Émissions de carbone provenant de l’électricité. (Crédit : YouTube)

M. Migdal a déclaré dans sa déclaration que ses revenus montrent la grande quantité d’argent dans les compagnies pétrolières en raison de l’augmentation des prix de l’électricité.

« L’année 2022 a connu un changement inhabituel dans l’économie mondiale, qui a provoqué une hausse des prix de l’électricité dans le monde, ce qui a entraîné une hausse de l’inflation », a-t-il déclaré. En raison de l’augmentation des prix de l’électricité allant jusqu’à 50 %, par rapport aux indices de marché qui ont diminué de 20 %, il y a eu un changement dans l’investissement dans les combustibles fossiles dans le portefeuille d’investissement de Migdal Insurance. »

Sans mentionner le pétrole, le communiqué indique également que l’entreprise atteindra ses objectifs 2022 « liés à la réduction du secteur des investissements qui ne répondent pas aux normes ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) conformément à la politique de l’entreprise ». Mais il a souligné que les pratiques ESG n’étaient qu’une partie d’un ensemble d’idées visant à atteindre l’objectif important d’apporter des rendements aux épargnants et de réduire les risques.

Photo : Un panneau indiquant « Épuisement des combustibles fossiles » lors d’une manifestation à la conférence des Nations Unies sur le climat COP27 à Charm el-Cheikh, Égypte, le 12 novembre 2022. (AP Photo/Peter Dejong/File)

Le fondateur du Clean Money Forum, Oren Kaplun, a déclaré que puisque Migdal s’est engagé à 10% par an, son organisation attendrait de voir si les résultats des troisième et quatrième trimestres corrigeront l’augmentation observée jusqu’à présent.

La combustion de combustibles fossiles non seulement pollue et a un impact négatif sur la santé humaine ; c’est le principal facteur humain du réchauffement climatique et du changement climatique.