Êtes-vous un ouvreur d’huîtres à succès? Si oui, sachez qu’il existe une compétition : celle du meilleur scaler. Le concours régional s’est tenu le dimanche 29 janvier 2023, à Notre-Dame-de-Monts, en Vendée, au restaurant Estran. Le meilleur poids des Pays de la Loire a remporté un chèque de 500 euros.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ambiance était au rendez-vous ! Lorsque la musique du film Rocky a retenti des haut-parleurs sur les sept concurrents, c’était presque comme si vous étiez sur un ring de boxe. Pour commencer, cela dépend de celui qui ouvrira le plus rapidement possible le maximum d’huîtres. « Trois, deux, un, allons-y ! » a commencé l’hôte, qui n’est pas Marcel Lesoille, président de France Écailles, champion du monde au poids et détenteur du record d’ouverture des huîtres (2 678 huîtres une heure avant et 679 retour).

Quatre douzaines en moins de 6 minutes

Un silence religieux s’installe alors, on n’entend plus que le bruit des couteaux sur les obus. Le grand gagnant est finalement Morgan Bonnard, réformateur à Châteauroux. Il a terminé avec quatre douzaines d’huîtres en cinq minutes et 45 secondes. « Ma technique, c’est de l’ouvrir par le côté, explique-t-il. Les anciens l’ouvraient par derrière, mais je reste simple, sauf pour les huîtres plates ». La deuxième place est revenue à Cédric Béthus, et la troisième à Franck Orion, propriétaire du restaurant Les Sables-d’Olonne.

C’est le restaurant Estran qui a accueilli ce concours pour la première fois. « Je suis très heureuse d’accueillir tout le monde dans mon restaurant, a déclaré Hélène Cautour, gérante de Noirmoutier.

À Lire  Heineken poussé par la réouverture des restaurants et des cafés

La valorisation des produits locaux mais aussi du savoir-faire Dave Vitré, coordinateur du concours. « Dans une période de quatre mois, nous allons organiser 10 compétitions en général, notamment en Normandie, Bretagne, Arcachon et Ile-de-France » a-t-il résumé.

C’est également en Ile-de-France que se déroulera la grande finale nationale le 28 février, au Salon de l’agriculture de Paris. Aucun seau n’a été gaspillé pendant le tournoi. Tous les produits de la mer ont été vendus au profit des sauveteurs marins de la SNSM.