L’asthme est une maladie chronique. Elle exige, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une forme sévère, une attention quotidienne. Ce qui ne doit pas empêcher pour autant de mener une vie épanouie. Voici 3 principes à suivre pour mieux vivre avec votre asthme.

Connaître sa maladie par l’éducation thérapeutique

Lorsque vous souffrez d’une maladie chronique, qui par définition vous suivra toute votre vie, il est important de bien la connaître. Mais vous n’êtes pas obligé d’obtenir des informations n’importe où. Le mieux est de faire confiance aux professionnels de santé par le biais de l’éducation thérapeutique. Celle-ci « vise à aider le patient à acquérir des connaissances et des compétences utiles à la prise en charge de sa maladie, en partenariat avec l’équipe soignante », rappelle le CHU de Toulouse. « Il s’adresse à tous les patients, quel que soit le degré de gravité de leur asthme, et ce à un stade précoce. » N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin pour en savoir plus, car cette méthode « lorsqu’elle est bien menée, permet d’améliorer l’évolution de la maladie en réduisant la survenue d’incidents aigus, d’hospitalisations, de consultations d’urgence et de travail. arrêts.

Mais tout savoir sur la maladie ne suffit pas. Le but de cet apprentissage reste principalement de permettre au patient de contrôler son asthme, grâce aux traitements disponibles et de manière adaptée à son cas particulier. Pour qu’il n’ait plus de symptômes, ou le moins possible. Car « l’asthme contrôlé est un asthme qui va bien, qui ne s’exprime pas », définit le service de pneumologie A de l’hôpital Bichat sur son site dédié asthmateque.fr.

À Lire  RAPPORTS. Déserts médicaux : dans la Sarthe, une équipe paramédicale d'urgence est intervenue en complément du Sm

Pour y parvenir, il est impératif d’être attentif à la prise du traitement de fond lorsque le médecin en a prescrit un. Un suivi médical régulier pour réévaluer le contrôle de l’asthme est également essentiel. En fonction du bilan, le médecin adaptera les traitements en les intensifiant (augmentation des doses ou ajout d’un nouveau traitement) ou en les diminuant. Pour les asthmatiques sévères, il est parfois nécessaire d’essayer de nombreux traitements avant d’obtenir un contrôle satisfaisant.

Faites du sport et échappez à la sédentarité

Enfin, contrairement aux idées reçues, une activité physique régulière est également recommandée aux personnes asthmatiques. « La seule condition pour la pratique d’une activité physique de loisir ou d’un sport, même en compétition, est d’avoir un asthme bien maîtrisé », précise l’Assurance maladie. « En plus du plaisir qu’il procure, il contribue au bon contrôle de l’asthme et augmente progressivement la tolérance à l’effort. Il renforce également le cœur et aide à réduire le stress. »

Source : asthmateque.fr – Assurance maladie – CHU de Toulouse

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Emmanuel Ducreuzet