Avant, pendant et après les sports d’hiver, Auto Plus vous donne quelques conseils anti-traces pour passer de belles vacances sur la route en toute sérénité !

Les vacances d’hiver approchent à grands pas et avec elles les premiers départs en montagne… Avant d’affronter les sommets, la neige et les basses températures, Auto Plus vous donne quelques conseils anti-galère pour éviter les ennuis ! Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de bonnes vacances et un bon voyage !

Lubrifier caoutchoucs et serrures

En cas de gel, les joints (portes, coffre, hayon) risquent de se coller et de se déchirer à l’ouverture. Une couche de WD-40 appliquée avec une serviette en papier les protégera. Profitez-en pour aborder l’éventuel blocage du robinet d’essence.

Vérifier sa batterie

Le froid peut entraîner la dégradation des composés chimiques de la batterie, affectant son bon fonctionnement. Même si la tension mesurée est satisfaisante, un bon parcours de charge est nécessaire. Branchez le chargeur d’entretien pour charger pendant quatre à cinq nuits d’affilée. En effet, un désulfateur d’impulsions électriques (Mégapulse de Novitec, Conrad.fr, 80 euros) restituera toute sa capacité à la batterie.

Les bougies de préchauffage et d’allumage à surveiller

Si la batterie peut être affectée par le froid, les bougies aussi. Ceux-ci peuvent montrer des signes de faiblesse par temps humide et en hiver. Des bougies défectueuses empêcheront le démarrage du véhicule car elles sont indispensables au bon fonctionnement d’un moteur. Si elles ne fonctionnent pas après la deuxième tentative, pensez à les remplacer, sachant que les bougies ont une durée de vie d’environ 30 000 à 60 000 miles et 80 000 à 120 000 miles pour les bougies de préchauffage.

Un liquide lave-glace adapté aux conditions climatiques

Par grand froid, il peut geler dans les canaux. Remplir le jerrican avec un liquide hivernal (-20°C, -25°C, information mentionnée sur l’étiquette).

Les chaînes et chaussettes neige, pour rouler en toute sécurité

Aujourd’hui, les chaînes à neige ne sont plus les seuls accessoires qui permettent de gravir les derniers kilomètres qui vous séparent des pistes de ski. Elles s’accompagnent de « chaussettes textiles », qui semblent plus faciles à enfiler et plus efficaces dans la neige. Mettez des paires de chaînes ou des chaussettes et des gants, des genouillères et un phare dans le coffre pour continuer à conduire dans la neige. Une souffleuse/brosse à neige et une pelle vous épargneront beaucoup d’efforts si le véhicule est enlisé.

Chaque fois que la neige revient, cela nous donne la preuve que la voiture n’est pas adaptée à la ville et la cause principale du fait que nous n’aimons généralement pas l’hiver. Ici, pour libérer l’objet précieux, il faut condamner tout espoir de trottoir. pic.twitter.com/AERdmeTxOU

— Marcheur du Québec (@MarcheurdeQc) 17 novembre 2022

Ne pas se garer sous un toit pentu

Lorsqu’elle s’accumule sur un toit, la neige forme une couche partiellement gelée. Si la pente est raide, des blocs de neige gelés au soleil ou des stalactites de glace peuvent se détacher de l’extrémité du toit et former un renflement (coffre, capot ou toit). Ne prenez pas ce risque.

Chaîner préventivement

Au lieu d’attendre que votre voiture soit entourée de 12 pouces de poudreuse, installez les chaînes (ou boudins) la veille de la chute de neige annoncée. Mieux vaut lâcher prise rapidement pour rien que de se débattre à genoux dans la neige en plein blizzard le jour J.

Sauver les balais d’essuie-glace

Un pare-brise gelé peut être la peine de mort pour les caoutchoucs d’essuie-glace. Lorsque vous mettez le contact, vous n’avez besoin que d’un seul faux mouvement (ou balayage automatique) pour les activer. Mais, collés par le gel, ils peuvent refuser de bouger. En conséquence, le fusible saute (facile à remplacer si vous savez où il se trouve), ou les lames en caoutchouc s’arrachent. Un contretemps qui peut facilement être évité en relevant complètement les lamelles la nuit, ou en insérant un petit objet (bouchon, boîte, etc.) entre le pare-brise et le bras pour les déplacer latéralement. En cas de choc des balais sur le capot il existe une position dite « de remplacement » qui permet de les arrêter plus haut (voir manuel de bord).

À Lire  Vénézuela | 16 disparus sont revenus du "refuge religieux"

Ne pas tirer le frein à main

Avez-vous un frein de stationnement manuel? Ne l’utilisez pas. Sous l’effet du froid combiné à l’humidité, le câble peut geler dans la gaine et rester bloqué même lorsque la poignée est desserrée. Par conséquent si le frein à main est collé, cela va engendrer une surchauffe importante qui peut détériorer le système de freinage. Au lieu de cela, calez les roues de votre voiture lorsque vous passez une vitesse à l’arrêt.

Remarque : toutes les voitures équipées de freins à main électriques ne bloquent pas les roues via les étriers de frein. Certains ont encore un câble. En cas de doute, ne l’utilisez pas. Et si le frein est automatique, coupez le moteur en première ou en seconde pour éviter qu’il ne s’enclenche. Pour les versions avec boîte de vitesses automatique, déblocage forcé à la main.

Faire le plein d’un diesel

Lorsque vous vous garez la nuit avec un réservoir presque vide, il reste du carburant chaud (retour moteur) avec une grosse poche d’air, qui va générer de la condensation sous l’effet du froid extérieur. L’excès d’eau peut saturer le filtre à gasoil et pénétrer dans les injecteurs, risquant de tomber en panne moteur. Réapprovisionnement préventif.

Retrouver sa voiture rapidement

Pour vous épargner de longues minutes à chercher votre voiture dans un immense parking enneigé, vous avez préalablement installé un ruban de couleur vive au bout de votre antenne.

Sortir de la neige fraîche

La route est sèche, mais la zone et les parkings sont enneigés. Plus moyen de sortir du parking, pas même de faire vaciller la voiture en alternant première et marche arrière. Les roues continuent de tourner et l’ESP n’y peut rien. Comme dans les dunes de sable lors d’un rallye raid, le dégonflage d’au moins une barre (le pneu s’aplatit) redonne de l’adhérence sur neige fraîche. Rendez-vous ensuite à la station essence la plus proche pour regonfler.

Déblayer votre auto avant de partir

Après une forte chute de neige, êtes-vous prêt à repartir dès que les surfaces vitrées sont propres ? Finir! Faites le tour de la voiture et nettoyez ce qui doit l’être avant de prendre la route.

Les plaques d’immatriculation doivent être lisibles. C’est obligatoire ! Si vous ne le faites pas, vous risquez une amende de 4ème classe de 135 euros (art. R. 317-8 du code de la route). Aussi, ne laissez pas de neige sur le capot, le toit ou le coffre, car la perte de blocs de neige au volant est considérée comme le transport d’une charge non sécurisée (art. R. 312-19 du code de la route) et vous risquez une amende forfaitaire de 68 euros .

Enlevez la neige de la calandre pour assurer un bon refroidissement du moteur. Pensez également aux phares (surtout au xénon, car ils ne chauffent pas et la neige/glace formée ne fond pas), ainsi qu’aux feux arrière. Même si leur lumière est visible sous une fine couche de neige gelée, assurez-vous qu’ils soient le plus lumineux possible afin qu’ils soient vus le plus loin possible par mauvais temps ou la nuit.

Hiver : quels conseils pour conduire par grand froid ?

Pneus hiver : que faire pour les garder plus longtemps ?

Hiver : que faire si votre porte est gelée ?

Pensez également à dessaler. Après avoir roulé sur des routes hivernales, votre voiture ramasse même du sel sous le châssis. Pour protéger la fondation de la corrosion, il est conseillé de passer par la boîte de dessalement. Dans une station portique automatique avec rampes de nettoyage au sol, choisissez le programme incluant le lavage des châssis.

Enfin, n’oubliez pas de ménager vos freins en descendant de la gare. N’appuyez pas sur la pédale en continu pour éviter une surchauffe. Utilisez au maximum le frein moteur et augmentez vos distances de sécurité pour éviter les surprises.