En 1920, Dom Paul Cosse, venu de France, engage la communauté dans la voie du strict respect de la règle et fait appel à des donateurs pour la construction de la Villa Sainte-Scholastique. Cependant, lorsqu’il part en 1928, la communauté est sur le point de se disloquer. Les problèmes matériels exigent des solutions drastiques. Celles-ci se limiteront à l’envoi de deux religieux français et à l’octroi du statut de prêtre conventuel.

En 1930, les premiers prêtres canadiens sont ordonnés et la communauté compte une vingtaine de religieux. La construction d’un monastère en pierre est nécessaire, mais l’abbaye est toujours en faillite et les débats sur le transfert sont toujours en cours. En 1938, la communauté prend définitivement feu et s’installe à l’emplacement actuel sur les rives du Memphrémagog. Le chantier verra le jour peu après et lors de l’inauguration, en 1941, plus de 25 000 personnes visiteront les lieux.

Avec les années 1940, une période de croissance et d’influence spirituelle et liturgique a commencé. Dom Georges Mercure, musicien de renom fait revivre le chant grégorien. Les enregistrements seront enregistrés. Avec la construction de la fromagerie en 1943, et la croissance de la main-d’œuvre, la situation financière s’améliore. Les moines se tournent résolument vers la population québécoise pour obtenir le soutien financier nécessaire au développement. Ces initiatives culmineront avec la création des Amis de Saint-Benoît-du-Lac, qui compteront 26 comités locaux chargés de récolter des fonds pour divers projets, dont l’auberge (1962) et l’église (1994).

Dans les années 1960, le monastère n’échappe pas aux bouleversements de la société québécoise. S’il y avait 79 moines en 1955, il n’y en avait plus que 63 en 1970. Aujourd’hui, une trentaine de moines vivent dans l’abbaye sous la direction du père André Laberge.

À Lire  Sur YouTube, le développement personnel est sur toutes les lèvres

L’Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac est une organisation catholique d’obédience bénédictine, régie par des règles strictes et exigeant isolement, discrétion et humilité. C’est aussi une institution civile au cœur de notre région. Chaque année, plus de 200 000 personnes viennent la visiter, assister à une cérémonie religieuse, faire une retraite ou un temps de réflexion, profiter de la cueillette des pommes ou magasiner en magasin. L’exploitation de l’abbaye, notamment la fromagerie, emploie une centaine d’employés. Érigée en commune depuis 1938, l’abbaye participe aux instances politiques et administratives de la MRC Memphrémagog. Il accueille aussi occasionnellement des concerts, dont ceux de l’Ensemble vocal Massawippi (Concert du 110e anniversaire de Beethoven le 22 octobre 2022). Enfin, lorsque les besoins financiers sont importants, les moines peuvent compter sur des apports de donateurs privés.

Saint-Benoît-du-Lac est aussi au coeur du Québec. Il y a dans chaque pierre, dans chaque brique, dans chaque souffle de vent qui descend vers le lac, dans chaque prière qui s’élève de l’église, l’esprit d’un Québec bâti sur le travail, l’entraide et la solidarité. De par son histoire, ce qu’elle représente et à une époque où la pratique religieuse catholique montre des signes de renouveau dans certains pays, l’abbaye reste plus qu’un logo. C’est un centre du patrimoine spirituel, social et culturel des Cantons de l’Est et du Québec.

Articles suggérés