Le 11 novembre 2022, les services de l’Etat ont organisé une cérémonie ce vendredi matin au Champ d’Arbaud à Basse-Terre présidée par le préfet Alexandre Rochatte. Un moment de la journée pour rappeler aux gens d’aujourd’hui que le 11 novembre 1918, la signature de l’armistice a mis fin à la Première Guerre mondiale, il y a 104 ans.

Prolongation FJ. avec F.M-Péroumal

Publié le 11 novembre 2022 à 12h00,

Une guerre qui semblait lointaine et oubliée mais que l’exposition organisée par les archives départementales en juin 2021 a rappelée. Dans l’ouvrage suivant intitulé « L’expérience de la Guadeloupe », on lit :

du début à la fin des hostilités, la Guadeloupe est très présente dans la guerre et que la guerre est très présente en Guadeloupe. Les archives sont son employé méticuleux et détaché, car elles nous permettent de décrire, d’analyser et de prouver. Mais au cours d’une série de dossiers concernant les indemnités accordées aux familles des militaires mobilisés, c’est l’émotion qui prend le dessus lorsque, pour justifier le départ d’un mari, d’un frère ou d’un père à la guerre, les familles envoient leurs courriers reçus au les autorités; ce sont les mots des soldats guadeloupéens, mots écrits parfois dans l’attente immédiate d’aller au front. Ces lettres sont présentes dans cet ouvrage, aux côtés de nombreux autres documents dont la diversité exprime la véritable richesse du patrimoine écrit guadeloupéen, lui confère sa signification historique et son utilité pédagogique.

« La Guadeloupe et l’expérience de la Première Guerre mondiale », Archives départementales

À Lire  Rhin, Main et Danube : Simon Durivage nous raconte sa croisière sur les fleuves romantiques d'Europe centrale