Saint Gobain souhaite que le pays adopte une « logique d’investissement » sur 10 ans pour renforcer le développement de l’électricité, permettant au secteur de la construction de mieux gérer le grand projet de formation qui sera financé.

« Au XXIe siècle, s’il y a un enjeu majeur d’investissement dans le monde, il faut entrer dans l’esprit d’investissement, s’engager dans une démarche pluriannuelle », défendait à l’époque le directeur général du groupe d’actifs Benoit Bazin. . à la presse jeudi 5 janvier au siège de La Défense.

« Je sais que c’est très difficile pour les collectivités d’entrer dans la logique pluriannuelle quand on est sur le budget des rentes dans la comptabilité publique », a-t-il admis, confirmant que le programme France 2030 « a un peu prévu le plan climat, mais que n’est pas assez. » technique ».

Le secteur de la construction, « au carrefour de l’énergie et du climat », a-t-il souligné, doit accroître ses compétences dans le démontage de ses équipements ou l’évaluation de leur durée de vie, ce qui suppose de réaliser de nombreuses tâches.

Le patron de Saint Gobain avait demandé à l’automne dernier le démarrage du « plan Marshall » pour améliorer une électricité qui « n’existe pas », a-t-il déploré jeudi. Il se battait pour que l’enveloppe budgétaire accordée à l’émission (Ma Prime Renov) atteigne – sans autre argent budgétaire – dix milliards de dollars en 2023, en injectant celle du bouclier énergétique, afin d’encourager les rénovations lourdes et les fermetures publiques et privées. . bâtiments. Or, le projet de loi de finances 2023 n’a augmenté l’enveloppe pour PrimeRenov que de 500 000 euros, à 2,5 milliards d’euros pour 2023.

À Lire  Google recherche une agence SEO pour...

« Nous proposons un projet majeur pour réduire la consommation d’énergie des édifices gouvernementaux, des écoles, des hôpitaux et augmenter le confort des personnes à l’intérieur », a ajouté M. Bazin.

Côté logement, « si tous les bateaux seront à bas prix, la France n’aura pas du tout besoin d’importer du gaz », a fait valoir Thierry Fournier, directeur général Europe du Sud, confirmant qu’il y a actuellement 36 foyers français. millions, « plus de cinq millions de filtres électroniques ».

Source : batirama.com & AFP / Photo : Benoit Bazin, archives Batimat 2022 © Emilie Wood