Vacances d'été : cette limite sanitaire qui pourrait gâcher votre voyage

Au courant

hier à 06:30, mis à jour hier à 17:05

On a tendance à l’oublier, mais les autorités françaises continuent d’imposer des restrictions à l’entrée sur le territoire.

Comme un vieil ennemi que l’on croyait vaincu, la pandémie balaie une nouvelle vague sur la France à l’aube des vacances d’été. Il semble déjà loin le temps où les tests anti-covid et l’isolement marquaient notre quotidien. Pour autant, les autorités françaises n’ont pas abandonné toutes les restrictions visant à lutter contre le Covid-19. Notamment en ce qui concerne l’accès au territoire français.

Quel que soit le pays d’origine, les autorités françaises continuent d’exiger la présentation d’un calendrier vaccinal complet, au sens de la réglementation européenne. C’est-à-dire avoir reçu deux doses de vaccin pendant moins de neuf mois. Si la deuxième injection a été administrée il y a plus de neuf mois, une troisième doit être administrée. Une contamination antérieure peut également faire office de laissez-passer, mais uniquement si elle est intervenue plus de onze jours et moins de six mois avant la date de retour en France. Car attention, la règle en vigueur sur le territoire national selon laquelle une infection = une piqûre ne s’applique pas aux déplacements, comme le précise le site gouvernemental.

35 % des Français considérés comme non vaccinés

35 % des Français considérés comme non vaccinés

A lire aussiQuels sont les pays où voyager sans passeport cet été ?

Si nous respectons ces normes, les certificats de remise en état délivrés lors de la vague de pollution massive qui s’est produite entre décembre et février derniers auront tous expiré début juillet. Pourtant, seuls 64% de la population de plus de 12 ans ont reçu une troisième injection de vaccin selon le site Covidtracker. Ainsi, de nombreux voyageurs peuvent, à leur retour en France, être amenés à respecter les restrictions imposées aux personnes non vaccinées.

Celles-ci varient en fonction de la couleur du pays d’origine, qui peut être classé « vert » ou « orange » par les autorités françaises. En provenance du pays vert, les voyageurs non vaccinés doivent présenter un résultat de test PCR négatif datant de moins de 72 heures ou un antigène datant de moins de 48 heures. Venant d’un pays orange, vous devez également remplir une attestation prouvant l’absence de symptômes et de contact avec un cas confirmé de Covid-19. Retrouvez la liste des pays classés en vert et orange (régulièrement mise à jour au plus fort de la pandémie, elle n’a pas changé depuis le 31 mars). Les voyageurs intéressés seront sommés de passer un test anti-Covid sur leur lieu de vacances, parfois à un coût élevé.

Peu de contrôles en pratique

Peu de contrôles en pratique

A lire aussiAssurance voyage : Covid-19, cartes Visa et MasterCard… Les réponses à vos principales questions

Jusqu’ici la théorie. En pratique, les contrôles de santé ne sont pas toujours effectués à bord. Air France assure au Figaro qu’elle continuera à vérifier les documents nécessaires avant l’embarquement ou avant l’embarquement via son service en ligne « Ready To Fly ». C’est ce que confirme Marie, de retour de Munich à bord d’un vol d’Air France le 30 juin : « La compagnie a contrôlé ma carte de santé et mon passeport au comptoir d’enregistrement de l’aéroport de Munich. »

Mais plusieurs voyageurs qui ont embarqué avec d’autres compagnies racontent au Figaro qu’ils n’ont pas été contrôlés avant leur arrivée en France. « Ils ne m’ont pas demandé mon carnet de santé, ni avant l’embarquement ni à mon arrivée en France », raconte Yan, qui a atterri à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle dans un avion opéré par EasyJet depuis la Grèce le 29 juin. Même constat pour Florian, lors de son Vienne-Paris, le 12 juin, avec Ryanair.

« Les voyageurs sont contrôlés à l’aéroport de départ et non plus systématiquement à l’arrivée. Cela dépend donc avant tout du pays d’origine : en effet, les contrôles peuvent être plus ou moins sévères selon les pays », confirme Paris Aéroport au Figaro. D’autant plus que cet été, les aéroports et les compagnies aériennes font face à une situation difficile. Les grèves et les difficultés d’embauche les obligeant à annuler certains vols, leur capacité à contrôler le flux de voyageurs estivaux en règle peut être mise en doute. Dans le même temps, le nombre de contaminations augmente à nouveau et les contrôles pourraient devenir plus systématiques. Mieux vaut donc s’organiser avant de partir en vacances : réserver son test avant le départ ou faire la troisième injection du vaccin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.