Nouvel Eco en Isère : La calèche vous emmène en voyage !

Loic Gaden et Alexia Beyaert, deux anciens coureurs de montagne ont couru dans une voiture modifiée. De fil en aiguille, ils en ont fait leur mission et se sont installés en 2010, dans le Trièves, à Mens (Isère), en lieu et place des « terres fluviales » professionnelles. Au départ, ils ont mis en place des « bus de tournée » pour transporter 40% du showbiz français pendant leur tournée, mais avec des arrêts covid et concerts, les deux ont dû changer, en un mot, avec des plans de van sur mesure à partir.

Loïc Gaden, vous êtes cogérant de la société Carriage qui est basée à Mens. Au départ, vous avez démarré dans la location de tour-bus…

Loïc Gaden, vous êtes cogérant de la société Carriage qui est basée à Mens. Au départ, vous avez démarré dans la location de tour-bus...

Loïc Gaden : Les bus de voyage sont notre principal événement. Aujourd’hui, nous portons 30 à 40% du showbiz français, des potentiels artistes, chanteurs et musiciens, des groupes, comme les Grenoblois Sinsemilla qui nous ont fait confiance dès le début. C’est donc vraiment comme leur maison sur roues au milieu de chaque concert. Ils peuvent y dormir, s’y reposer. Il y en a actuellement 10 touristes dans toute l’Europe et fabriqués ici. C’est la clarté de Mariage et c’est ce qui fait de nous la meilleure entreprise de France à ce stade.

Vous avez été un peu frappés de plein fouet par le Covid. Il vous a fallu trouver une parade…

Vous avez été un peu frappés de plein fouet par le Covid. Il vous a fallu trouver une parade...

Il est absurde de prétendre que nous avons un problème de santé. Nous avons perdu 80 % de nos transitions nocturnes. Alors, heureusement, nous avions déjà en tête un modèle réduit de voiture pour débloquer un cône agencé comme un camping-car, qui, en plus, a plus d’options. Vans pour le plaisir ou même pour vivre avec d’excellents services professionnels, des finitions et plus encore. Nous mettons toutes nos informations. C’est vrai que depuis quelques temps il y a une folie de ce genre de voiture. C’est une tradition forte car les gens sont souvent nourris et veulent s’évader, marcher plutôt que se reposer. C’est certainement une nouvelle façon de voir la vie.

Mais quand même, il faut un peu d’argent pour acheter votre fourgon, le Forest…

Mais quand même, il faut un peu d'argent pour acheter votre fourgon, le Forest...

Disons qu’en entrée de gamme, on débutera aux alentours de 90 000 € en voiture. Et voilà, fourches, ça du coup entre 90 et 115 000 €. Nous avons une trentaine d’employés et le service de transport qui a recommencé et nous avons beaucoup de chance. Nous avons nos chauffeurs, il y a deux patour-bus. Nous travaillons uniquement avec un sous-traitant. Tout le reste qui se fait ici, de la fabrication à la construction, en passant par l’électricité, la climatisation, la mécanique, la plomberie, le chauffage, l’électricité, cela représente dix métiers. Nous sommes ici sur la base d’environ 20 voitures de production par an. Après cela, nous fabriquons quatre à cinq voitures identiques sur mesure. Nous activons les autocars ou les véhicules lourds en cas de besoin. J’ai grandi dans les minuscules placards que mon père utilisait dans le parking de notre maison. J’ai donc toujours connu ce type de vacances et je l’apprécie toujours autant !

Et finalement, vous en avez fait votre métier ?  

Et finalement, vous en avez fait votre métier ?  

Quelque chose qui m’excite toujours. Autrement dit, nous restaurons l’horaire et les loisirs du véhicule au quotidien. Mais d’un autre côté, ici, nous sommes très attachés à trouver pour nos clients des réponses auxquelles nous n’aurions jamais pensé avec d’autres. Et en septembre, nous prévoyons de commencer l’intégration, en accueillant 5 personnes dans un premier temps. Notre dossier va maintenant aller en comité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.