LINFO.RE – créé le 17.07.2022 à 18:06 – mis à jour le 17.07.2022 à 18:06 –

Patrick Rivière

Née à Hell-Bourg, dans le cirque de Salazie, Clara grandit à Sainte-Clotilde. Vivant dans un contexte familial compliqué, elle décide de faire son service militaire hors département. Aujourd’hui dans la cinquantaine, elle a un mari et des enfants de 25 et 27 ans. Clara partage avec vous son quotidien sur LINFO.re dans la rubrique #MOUNDOUVOU.

Une réunionnaise en Allemagne

Originaire de La Réunion, Clara part faire son service militaire hors de l’île. Après cela, il décide de rejoindre l’armée, une solution qu’il trouve idéale pour s’éloigner de son environnement familial compliqué, tout en étant dans un espace sûr.

Arrivée à Bülh en Allemagne en novembre 1990, Clara explique : « J’ai rencontré un climat auquel je ne m’attendais pas du tout : du froid, 80 cm de neige et du vent qui a déraciné les cocotiers, mais aussi une barrière de la langue et une cuisine différente (nourriture que je n’avait pas l’habitude de manger). J’ai réalisé au bout d’une semaine (assez rude quand même) que j’avais la capacité de m’adapter à ce nouvel environnement », raconte-t-elle.

Plusieurs déménagements

Là, Klara a rencontré le futur père de ses enfants : « Là, confie-t-elle, j’ai rencontré le père de mes enfants, originaire de l’Oise, avec qui je me suis installée dans sa région natale en 1992 – où nous avons fondé notre famille – avant de m’installer à Ariège en 2003. Mon premier voyage était donc le résultat d’un besoin de me préserver. Les deux suivants étaient le fruit de notre projet de vie de famille », raconte-t-elle.

Klara témoigne : « Mon installation en Picardie quelques années plus tard a été moins difficile car je m’étais déjà habituée au climat européen. Ce qui m’a frappée lors d’un voyage avec mon mari, qui était métropolitain, ce sont les remarques et les regards désagréables sur ma peau. couleur, et ma famille me manquait terriblement. Tout cela exigeait de la résilience et une ouverture d’esprit », dit-elle.

Infirmière et retour à La Réunion

Elle poursuit : « Culturellement, j’ai appris à cuisiner des plats picards et métropolitains, d’une part pour faire plaisir à mon conjoint et sa famille, d’autre part pour enrichir mes connaissances culinaires. L’Ariège m’a permis de découvrir des activités liées à la montagne (randonnées, sports d’hiver, etc.), de nouveaux paysages (brube, terrains de neige, etc.) et des spécialités culinaires (Bethmale, Croustade, Rouzole, omelette de Pâques, azinat, mounjetado…) Malgré tout, ce qui me manque le plus à La Réunion, c’est la mentalité réunionnaise (place prédominante de la famille, de l’entraide, de la convivialité), le Kréol et la cuisine locale diversifiée et colorée », explique-t-elle.

Klara raconte : « Je suis infirmière auprès de personnes âgées polypathologiques. Je les accueille et les mets dans leurs chambres, et leur prodigue des soins qui, selon les cas, leur permettront de quitter notre structure en meilleur état ou de retourner dans leur quartier de vie confortable possible.J’aime travailler avec les personnes âgées car ils ont beaucoup à nous transmettre et j’écoute avec plaisir leur parcours de vie.Faire partie d’une équipe pluridisciplinaire est aussi un aspect de ce métier que j’apprécie car nous travaillons en coopération, grâce à nos spécialités qui se complètent en tout soin », exprime-t-il.

Chaque fois qu’elle en a l’occasion, Clara passe du temps avec ses enfants. Elle fait de la méditation et de l’artisanat comme la peinture par numéros et la peinture au diamant. Bientôt de retour sur l’île, il confie : « Mes projets à court terme sont de déménager dans le sud de l’île de La Réunion (prévu en octobre), de trouver un poste au sein de la structure hospitalière et d’avoir ma petite case à moi. années, j’aimerais évoluer dans un milieu professionnel, éventuellement devenir infirmière en pratique avancée », dit-elle.

Elle confie : « Le conseil que je donnerais à un Réunionnais qui souhaite quitter l’île, c’est d’abord de prendre le temps de se renseigner sur sa destination (assez facilement avec tous les moyens dont nous disposons aujourd’hui !), d’être curieux ‘, avoir une certaine ouverture d’esprit et se laisser aller à la confiance en soi’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.