L'épidémie de Covid-19, une "paix armée qui demande toujours une vigilance constante"

Depuis plusieurs mois, le tourisme repart à la hausse, et les pays occidentaux comme les États-Unis et les pays européens assouplissent les restrictions d’accès à leur territoire pendant l’épidémie de Covid-19. Quelles sont les éventuelles conséquences de cette reprise de la rotation touristique ? Faut-il craindre la propagation de la maladie ? Réponses d’Antoine Flahault, médecin épidémiologiste et directeur de l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine de l’Université de Genève.

Après deux ans d’interdictions et de restrictions strictes de voyager (frontières fermées, verrouillages, masques de climatisation, affichage d’examens et de certificats de protection Covid inappropriés…), de nombreux pays occidentaux réduisent ou suppriment les mesures préventives telles que la saison estivale. façon.

En mai dernier, l’Union européenne a levé les exigences imposées aux aéroports pour les passagers, invoquant « des normes de protection et de protection disponibles ». La France a rouvert ses frontières à quiconque, qu’il ait fait ou non un mauvais test Covid, tandis que l’Italie a levé toutes les restrictions de voyage pour les voyageurs étrangers.

Outre-Atlantique dimanche dernier, les Etats-Unis ont levé l’accord de délivrer un test Covid négatif avant d’embarquer sur un vol direct vers le pays, évoquant de multiples vaccinations.

Certains se demandent si ces choix ne sont pas temporaires, compte tenu de l’imprévisibilité de l’épidémie. Alors que deux nouvelles sous-variantes d’Omicron – BA.4 et BA.5 – sont apparues pour la première fois en Afrique du Sud au début de 2022, elles se répandent rapidement en Europe. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) avertit que même si elles ne semblent pas présenter un risque plus élevé de maladie grave que les autres méthodes Omicron, la charge virale peut entraîner une hospitalisation et la mort.

Le Portugal a récemment connu une augmentation du nombre d’infections et de décès causés par ces nouvelles espèces. La France a également signalé une augmentation des infections et des hospitalisations la semaine dernière, toujours pour les jeunes. La circulation du SRAS-CoV-2 a augmenté dans toute la France, reflétant la Santé publique en France. Le taux d’incidence a augmenté de manière significative dans tous les groupes d’âge, tout comme le taux de positivité.

Alors quelles sont les causes possibles des déplacements estivaux sur l’épidémie ?

France 24 : Que peut-on attendre de l’épidémie alors que l’été sera marqué par l’augmentation des voyages internationaux et l’assouplissement ou la suppression des restrictions de déplacement et des mesures préventives ?

Antoine Flahault : La littérature scientifique montre clairement que la mobilité et les déplacements humains augmentent la propagation d’un virus hautement contagieux comme le SARS-CoV-2. Avant Omicron, les pays avaient adopté des mesures strictes de contrôle aux frontières qui étaient efficaces pour freiner la propagation du virus sur leur territoire.

Ainsi, à l’exception de la Chine, de nombreux pays ont levé ces mesures, ce qui a pu entraîner une augmentation de la vitesse et de l’intensité des vagues de Covid-19 dans le monde. Dans le cas des vaccins, ils montrent qu’ils ne fonctionnent pas en transmission tardive, mais ils peuvent réduire le fardeau du Covid-19 en termes de traitement et de décès.

Nous nous dirigeons vers un nouvel événement Covid en Europe cet été, alors que les frontières rouvrent et que les restrictions de voyage, les mauvais examens et les injections sont relevés ?

Nous voyons clairement les premiers signes d’une nouvelle maladie d’Europe occidentale, qui semble être principalement causée par BA.5, l’une des nouvelles sous-variantes d’Omicron, et BA.4, qui a déjà commencé des vagues en Afrique du Sud et au Portugal. .

4/9 – L’Europe s’attend-elle aujourd’hui à être face à un été peut-être encore plus tragique que la canicule de l’été 2003 (qui a fait 70 000 adultes dont 15 000 en France) ? Ou croit-il que ce qui se passe au Portugal ne l’affectera pas ?

Une autre sous-variante, BA.2.12.1, est actuellement répandue aux États-Unis et circule également en Europe, notamment au Royaume-Uni. Le rythme élevé attendu au printemps prochain n’aidera pas à maintenir la circulation du virus à travers le continent.

À votre avis, y a-t-il des mesures que les gouvernements devraient continuer à prendre dans les voyages mondiaux pour réduire le risque de propagation du Covid-19 ?

De nombreuses démocraties se sont éloignées des restrictions brutales, choisissant des mesures libérales qui permettent aux gens de se défendre quand ils en ont besoin. Il serait difficile de ramener ces pas en arrière sans arguments satisfaisants.

Bien sûr, si le problème est très contagieux et agressif, il y aura peu de controverse quant à la prise de mesures drastiques. Mais avec les tendances actuelles de circulation, les gouvernements ne voient aucune raison de continuer à utiliser l’ancien système, même s’il a récemment prouvé son efficacité.

En attendant, où en sommes-nous dans notre quête pour éradiquer le fléau ? L’assouplissement des réglementations gouvernementales, notamment aux États-Unis et en Europe, donne l’impression que la peste est partie, mais est-ce le cas ?

Les vaccins et les traitements ont fait toute la différence dans la maladie. Avant que les vaccins ne soient largement distribués, nous avons vu une voie pour des réponses « médiévales » à l’épidémie, avec des fermetures et des heures pour rentrer à la maison.

Aujourd’hui, à l’exception de la Chine et de la Corée du Nord, nous sommes entrés dans une phase moderne de l’épidémie, qui permet aux gens de reprendre leurs anciennes activités. En tant que tel, ce «conflit armé» est fragile et nécessite une vigilance constante de la part des responsables de la santé en termes de maintien de la sécurité au sein de la communauté, ainsi que d’autres mesures ciblées pour arrêter la propagation parmi les personnes vulnérables.

Nous espérons ne pas revenir aux restrictions « médiévales », mais nous ne pouvons plus vivre avec le bilan des morts.

2/8 – Cela confirme la conviction qu’Omicron a changé la situation afin que la situation ne suive plus aucune mesure sanitaire obligatoire.

Quels sont les meilleurs moyens de se protéger cette saison ?

Pour de nombreuses personnes, cela signifie être vacciné avec un ou deux rappels et porter des masques FFP2 à l’intérieur et dans les transports en commun en évitant de manger et de boire. Les gens devraient également valoriser les événements extérieurs et éviter les associations.

Les personnes à risque, âgées de plus de 80 ans, non protégées ou insensibles aux conditions médicales, doivent prévoir d’avoir un accès facile au test Covid s’il y a des symptômes, et à des médicaments antiviraux efficaces s’il y a un test.

Extrait tiré de l’anglais par Pauline Rouquette. Retrouvez la première version ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.