Infertilité : 3 conseils d'un psychologue pour gérer cette période

L’infertilité ne doit pas être confondue avec la stérilité. Cela est particulièrement vrai si les femmes n’ont pas d’ovaires et les hommes n’ont pas de sperme). L’infertilité se caractérise par des difficultés à concevoir un enfant. Cependant, la fécondation est toujours possible, avec ou sans traitement. La principale souffrance exprimée par les couples infertiles est la peur de ne jamais pouvoir accoucher. Le parcours de la Procréation Médicale Assistée (PMA) comporte en effet beaucoup d’incertitudes. Les tentatives de grossesse peuvent se solder par des échecs et la route peut être longue.

1 – Garder un moral d’acier

1 - Garder un moral d'acier

Pendant toute cette période, nous devons maintenir le moral et rester déterminés. Malgré les difficultés, n’oubliez pas le but en vue. « Il ne faut jamais perdre espoir pendant un cours », explique Karine Mayer, psychologue de l’infertilité et de la périnatalité. En effet, quelles que soient les techniques d’optimisation de la fertilité – simple stimulation de l’ovulation par des médicaments hormonaux, insémination artificielle, fécondation in vitro… – un médecin ne peut garantir à un couple qu’il aura un enfant.

L’anxiété associée à cette incertitude est une position commune à la plupart de mes patients.

« L’anxiété face à cette insécurité est donc une idée courante chez la plupart de mes patients. Ils se sentent bien quand ils peuvent faire confiance à quelqu’un de neutre pour pouvoir dire ce qu’ils ressentent comme une personne qui connaît les options de traitement pour les couples infertiles. Ils ont souvent me dire que « Ils ont déjà vu des psychologues, mais ils n’étaient pas spécialisés dans l’infertilité. Ils se sont sentis incompris », a-t-il dit.

Les hommes et les femmes vivent cette période différemment. « Les hommes ont tendance à prendre en compte leur anxiété, les femmes plus verbales », note Karine Mayer. Beaucoup d’entre eux expriment leur solitude face à l’épreuve de l’infertilité.

2 – Ne pas se sentir seul

2 - Ne pas se sentir seul

Les couples infertiles se sentent souvent seuls, surtout lorsqu’ils interagissent avec des personnes ayant des enfants. Il est difficile de rester positive lorsque les naissances se répètent dans un environnement proche : avec des amis, des collègues ou des membres de la famille. « Je dis à mes patients qu’ils ne sont pas les seuls à vivre cette incertitude. Ils ne doivent pas se sentir stigmatisés », déclare Karine Mayer.

En fait, 15 à 25 % des couples en France connaissent l’infertilité. De plus, dans 10 à 25 % des cas, cela n’est pas dû à un défaut spécifique des deux partenaires. « La PMA reste un défi, il est tout à fait normal de se sentir anxieux et triste, de se sentir différent des autres. Si le parcours de la PMA se prolonge, certaines personnes peuvent même vivre une dépression », souligne Karine Mayer.

3 – Conserver la cohésion au sein du couple

3 - Conserver la cohésion au sein du couple

Les difficultés peuvent provoquer des désaccords au sein d’un couple. L’infertilité n’est pas toujours connue avant que le bébé ne le souhaite. Par conséquent, cette mauvaise surprise provoque un couple de frustration, de culpabilité et d’incompréhension. « La cohésion au sein d’un couple et une bonne compréhension mutuelle est un pré-requis pour vivre cette période le plus sereinement possible. PMA doit pouvoir adopter de bonnes habitudes : prendre le temps de communiquer, se fier à toute transparence », explique Karine Mayer Le stress, et la culpabilité est contre-productif.

Pratiquer des exercices de sophrologie ou de méditation

« Dans le stress, on a tendance à devenir pessimiste, mais aussi à chasser les gens de la pièce. Pour soulager le stress, je recommande de pratiquer des exercices de soprologie ou de méditation de conscience. Ne culpabilisez pas, personne n’est à blâmer s’il s’agit d’infertilité,  » souligne Karine Mayer.

Enfin, les conjoints doivent recevoir les mêmes informations sur l’infertilité, les actes médicaux nécessaires, les risques et les chances de succès. « Les tribunes sont à proscrire car elles sont souvent témoignées par les personnes pour qui le cours va mal. Le médecin, la presse médicale et certaines associations donnent des informations fiables susceptibles d’aider les couples à traverser une période difficile. L’infertilité », explique la psychologue. conclut.

Obtenez encore plus d’informations sur la santé en vous abonnant à Medisite Daily.

Medisite.fr collecte votre adresse e-mail afin que vous puissiez recevoir nos actualités. Apprendre encore plus.

Quel médicament prendre pour favoriser la nidation ?

Quel médicament prendre pour favoriser la nidation ?

Pour améliorer la qualité de l’endomètre et favoriser l’implantation embryonnaire, un traitement en phase lutéale (deuxième partie du cycle, après l’ovulation) à base de progestérone ou de ses dérivés peut être proposé : dihydrogestérone (voie orale) ou progestérone micronisée (voie orale ou vaginale).

Comment augmenter les chances d’implantation ? De nombreux aliments, tels que le beurre d’arachide, les tomates, les huiles végétales, les épinards, la papaye et les légumes verts, sont riches en vitamine E. Certaines recherches ont également montré que la vitamine D est essentielle pour favoriser la transplantation d’ovules.

Quel est le meilleur médicament pour tomber enceinte ?

Il existe deux types de traitement : Clomid®, le citrate de clomifène, un médicament oral. les gonadotrophines, qui sont des injections d’hormones.

Pourquoi ma première FIV n’a pas marché ?

Pourquoi ma première FIV n'a pas marché ?

Cela peut être dû à : des anomalies des spermatozoïdes qui les ont empêchés de traverser l’ovule. ovules de mauvaise qualité, infertiles ou immatures.

Pourquoi les embryons ne se développent-ils pas ? les embryons peuvent ne pas progresser jusqu’au stade de blastocyste soit parce qu’ils ne sont pas viables, soit parce que le milieu leur est moins favorable que l’utérus.

Pourquoi cela ne marche pas la FIV ?

Les principales causes de ces échecs peuvent être regroupées en trois catégories : pathologie utérine ou trompes de Fallope (polypes ou fibromes utérins, endomètre inadéquat, hydrosalpink, endométriose) dues à une mauvaise qualité des embryons due à une mauvaise qualité des ovules et/ou du sperme.

Est-ce que la FIV marché du premier coup ?

Les résultats sont en moyenne les suivants : En FIV : 21% des grossesses par ponction et 26% par transfert d’embryon dont 75% aboutissent à un accouchement. Pour l’ICSI : 25% des grossesses par ponction et 27% par transfert d’embryon dont 80% provoquent un accouchement.

Comment se préparer à une PMA ?

En plus d’un mode de vie sain, essentiel pour maximiser vos chances de tomber enceinte, suivre un certain régime peut aider votre corps à se préparer à la PMA. C’est le cas du régime méditerranéen, connu pour augmenter les chances de réussite de la FIV.

Comment augmenter les chances de succès de l’insémination ? Taux de réussite au cours des 4 premiers cycles

  • Moment de l’insémination : L’insémination doit se faire le plus près possible de l’ovulation pour optimiser la fécondation. …
  • Préparation du sperme : Le conjoint doit produire un échantillon de sperme le jour même de l’insémination.

Comment lâcher prise en PMA ?

Avec le protocole PMA à l’esprit, vous pouvez préparer votre corps d’une manière qui vous convient, notamment l’acupuncture, l’ostéopathie, le yoga, la naturopathie, l’alimentation et tout ce qui contribue à votre mode de vie. Cela calme votre esprit.

Comment débuter une PMA ?

Commencer l’examen Selon la logique des choses, la clinique ou le CHU demande au moins une échographie pelvienne et une prise de sang pour la fertilité, et une hystérosalpingographie pour la méthode d’insémination.

Quand faire acupuncture pour FIV ?

Il est recommandé de programmer les séances d’acupuncture quelques semaines avant le début du protocole de FIV afin de bien préparer son corps et réduire le stress.

Quand commence la stimulation ovarienne par FIV ? Ce traitement hormonal affecte les femmes et commence généralement entre le troisième et le cinquième jour après le début de vos règles. Son but principal est de stimuler la maturation des ovocytes et/ou de préparer la muqueuse utérine pour le transfert d’embryons.

Comment faire pour favoriser une FIV ?

Pour maximiser vos chances de succès, vous devez également suivre un cycle de sommeil normal de 8 à 9 heures de sommeil chaque nuit. Enfin, suivez un régime alimentaire sain et faible en gras; et limiter la consommation de caféine et d’alcool.

Quand faire acupuncture fertilité ?

L’ovulation est donc de meilleure qualité et une augmentation du sang dans l’utérus contribue également à l’implantation. Par conséquent, il est recommandé d’effectuer une séance d’acupuncture avant, pendant et après l’ovulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.