Élodie Crépel, psychothérapeute et co-directrice de l’Observatoire de la sensibilité, répond à nos questions sur l’hypersensibilité familiale.

Madame Figaro.- Les familles hypersensibles explosent-elles plus vite que les autres ? Élodie Crépel. Nicolas Gauvrit, chercheur en sciences cognitives, a noté que les neurones miroirs étaient plus réactifs chez les personnes hypersensibles, qui représentent 30 % de la population. En conséquence, ils sont très perméables à l’humeur des autres – en particulier de leurs enfants, surtout s’ils sont hyperactifs. Imaginez la scène, en intensité accrue : le parent, à la demande de son enfant, élève la voix ; L’enfant attaque son frère ou sa sœur, il est apparenté à l’autre parent, qui est en colère contre le premier…

Lire aussi Hypersensibilité et hyperamoureux : sentiments de puissance 10

En vidéo, une technique imparable pour calmer les pleurs des bébés

En vidéo, une technique imparable pour calmer les pleurs des bébés

Dans le monde réel, les tables d’été à la Claude Sautet sont-elles une forte source de conflits ? L’excès de stimuli, de mots, de résultats, d’interactions est en effet un risque élevé pour les personnes hypersensibles. La fatigue émotionnelle draine la jauge d’énergie, vous rendant plus vulnérable aux émotions des autres. Un autre facteur explosif vient des réseaux sociaux, qui regorgent d’images de parents parfaits. C’est une source de culpabilité et de frustration pour beaucoup. Et le cercle vicieux commence : culpabilité-crise-culpabilité…

La fatigue émotionnelle draine la jauge d’énergie, vous rendant plus vulnérable aux sentiments des autres

Vos conseils tempérés ? Il vaut mieux s’excuser et s’en aller que de faire souffrir la table. L’idéal, quand c’est possible, est de disparaître une dizaine de minutes pour respirer un peu la nature, écouter un morceau de sa playlist, pratiquer un petit moment de méditation. Et éteindre son téléphone, cette passoire externe, qui accompagne souvent une pause, mais ne permet pas de réellement recharger ses batteries.

Hypersensibilité et familiale : les conseils d’un spécialiste pour éviter une explosion

« Tous les psychologues ne pratiquent pas la psychothérapie. Quelqu’un peut détenir le titre de psychologue et être chercheur, professeur, consultant ou travaillant en psychologie industrielle, etc. Ainsi, le psychologue qui pratique la psychothérapie est un psychologue-psychothérapeute.

Comment savoir si on a besoin d’un psychologue ou d’un psychiatre ?

Comment savoir si on a besoin d'un psychologue ou d'un psychiatre ?

Si la thérapie seule ne suffit pas et qu’un traitement est nécessaire, le psychologue vous orientera vers un psychiatre. À l’inverse, le psychiatre peut recommander un suivi par un psychologue à la place ou en complément du suivi psychiatrique.

Quelle est la différence entre un psychologue et un psychiatre ? Différence entre psychologue et psychiatre numéro 1 : de leur formation, l’un a une maîtrise en psychologie, et l’autre un doctorat en médecine. Différence entre psychologue et psychiatre no. 2 : en tant que médecin, le psychiatre peut prescrire des médicaments, ce que ne peut pas faire un psychologue.

Quand il faut consulter un psychiatre ?

Quand faut-il consulter un psychiatre ? « Ce n’est pas la sévérité des épreuves que vous avez traversées qui vous ferait consulter un psychiatre, mais ce que vous en pensez, souligne le Dr Lemoine, psychiatre à Lyon. Idéal pour les relations avec les autres, votre travail â € ¦ consulter rapidement ».

Qui aller voir quand on a besoin de parler ?

Toute personne qui estime avoir besoin d’une aide extérieure pour écouter ses problèmes peut s’adresser à un psychologue. Ce dernier assure un suivi psychothérapeutique des patients quel que soit leur âge, lors d’entretiens individuels ou collectifs.

C’est quoi un psychothérapeute ?

Psychothérapeute 1. Quoi ? Ce terme fait strictement référence à « celui qui pratique la psychothérapie », une méthode qui implique le traitement des troubles mentaux par des moyens psychologiques plutôt que par une thérapie biologique utilisant des médicaments.

Pourquoi aller voir un psychothérapeute ? L’objectif est de favoriser des changements significatifs dans le fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, le système interpersonnel, la personnalité ou l’état de santé du client.

Quel est le travail d’un psychothérapeute ?

Il utilise diverses techniques de psychothérapie (thérapie cognitive et comportementale, thérapie analytique, psychanalyse, etc.) pour aider à comprendre et à résoudre les problèmes. Il interroge le patient, le guide et lui donne des interprétations, travaille son comportement à l’aide d’exercices.

Quelle différence entre un psychologue et un psychothérapeute ?

« Tous les psychologues ne pratiquent pas la psychothérapie. Quelqu’un peut détenir le titre de psychologue et être chercheur, professeur, consultant ou travaillant en psychologie industrielle, etc. Ainsi, le psychologue qui pratique la psychothérapie est un psychologue-psychothérapeute.

Comment choisir une thérapie de couple ?

Comment choisir une thérapie de couple ?

Comment choisir le bon thérapeute ?

  • Approche systémique (place le couple dans le système familial) ;
  • approche comportementale (elle étudie le fonctionnement du couple dans sa vie quotidienne) ;
  • Approche analytique (analyse les comportements passés).

Quel professionnel pour la thérapie de couple ? Consultez un psychologue et commencez une thérapie de couple. Le psychologue spécialisé dans les questions conjugales et familiales apporte un soutien psychothérapeutique aux couples qui n’arrivent pas à surmonter leurs difficultés.

Comment trouver un bon thérapeute de couple ?

Astuce n°1 : Faites confiance au bouche à oreille. Choisir un thérapeute de couple est très compliqué « simplement » en parcourant une liste de sites internet. Pour vous assurer de trouver un thérapeute compétent et attentionné, écoutez attentivement et utilisez votre réseau – c’est souvent le meilleur indicateur.

Quand consulter un thérapeute de couple ?

« Pour une thérapie individuelle, il est conseillé de consulter dès qu’une personne se sent mal, les incompréhensions, les tiraillements, les souffrances commencent. Plus tôt la dynamique de couple réussit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.