Contrôleur de bus poignardé à Montpellier : l'agresseur va en prison sous les yeux du maire Michaël Delafoss

Sur les conseils de son avocat, Maître Florian Médico, l’accusé de 20 ans a demandé du temps pour préparer sa défense. Son procès a été ajourné au 12 septembre.

Un jeune montpelliérain de 20 ans qui s’est rendu à la police municipale patrouillant place de la Comédie mercredi 8 juin à 17 heures, expliquant être l’auteur d’une blessure au couteau qui avait grièvement blessé l’agent de Tam. , deux heures plus tôt, s’arrêtant au niveau des Bouisses, a comparu à l’audience du tribunal de Montpellier ce vendredi après-midi.

S’adressant à l’agent habilité à s’inscrire sur le réseau des transports publics pour violences aggravées de trois circonstances, suivies d’une incapacité de travail allant jusqu’à huit jours (en l’occurrence 7 jours ITT), le prévenu, qui encourt dix ans d’emprisonnement, a demandé la défense de son avocat, Maître Florian Médico.

Écroué à Villeneuve-lès-Maguelone

Écroué à Villeneuve-lès-Maguelone

Le tribunal, présidé par Frédéric Almendros, a accédé à la demande du procureur, représenté notamment par le procureur Fabrice Bélargent, et a ordonné la mise en détention provisoire du jeune homme, qui a reconnu en être l’auteur. ce coup de couteau.

Le fond de l’affaire n’a pas été discuté à l’audience. L’affaire a été renvoyée au 12 septembre. En attendant, le prévenu est à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone.

Une audience marquée par la présence de Michaël Delafosse

Une audience marquée par la présence de Michaël Delafosse

Participation exceptionnelle à cette audience du vendredi après-midi ! En l’occurrence, le maire de Montpellier, Michaël Delafosse, qui venait soutenir la victime, sa famille, mais aussi toute sa profession, s’est dit choqué de se dire épuisé par l’agacement, la rancoeur et les agressions à répétition.

« Nous condamnons publiquement cet acte de violence injustifié, qui est d’une extrême gravité. Je voulais être là avec la mère de la victime et les équipes de Tam. Mais aussi au nom de tous les Montpelliérains pour exprimer ma condamnation. L’usage le plus fort de ce type de violence, l’utilisation de couteaux.

Le juge en chef de la ville a même promis : « Il y a des moments où vous devez dire symboliquement de quel côté vous êtes. Il est clair pour moi que je suis extrêmement inquiet que nous puissions nous respecter. Les autres. C’est bien. »

Et enfin, « Si je suis encore là aujourd’hui, il faut dire, arrêtez le genre de faits qui deviennent trop généralistes. Maintenant ça suffit. Il faut agir, pas se taire. Où qu’on soit, il faut condamner la violence . , dites-moi que les couteaux n’ont leur place dans les mains de personne, car la violence ne résoudra rien. »