Après deux ans de crise sanitaire, les transporteurs français se réjouissent du retour des touristes, mais constatent une réticence à voyager pour la lucrative clientèle professionnelle.

Pour la SNCF et Air France, la saison estivale est attendue avec impatience, avec l’espoir de trouver un grand nombre de passagers sur les rails ou dans les airs, capitalisant sur le statut de la France comme première destination touristique mondiale.

Les deux opérateurs ont un été dynamique pour se relancer après le rude test du Covid-19.

Air France-KLM, qui a affiché sa confiance à long terme en signant une commande record de plus de 100 avions Airbus fin 2021, dit pour sa part s’attendre à un « bon été » cette année. Le groupe prévoit de déployer entre 85% et 90% de sa capacité pour la période correspondante de 2019.

Pour Transavia low-cost, ce taux sera « supérieur à 100% », avec certainement plus d’avions et de destinations.

Le groupe franco-néerlandais se félicite d’avoir « de solides réservations enregistrées » pour le reste de l’année, à savoir des passagers qui optent pour la classe intermédiaire « premium eco », plus confortable que la classe touriste, mais aussi plus rentable pour eux.

Pourtant, tous les professionnels ne sont pas revenus. Pourtant, ce sont eux qui rapportent le plus d’argent aux opérateurs.

A la SNCF, il manque encore un cinquième de passagers par rapport à 2019. Chez Air France, « on n’est clairement pas au niveau de 2019 », admet sa directrice générale Anne Rigail, même si, comme pour les trains, la situation s’améliore.

Les confinements et restrictions de voyage de 2020 ont eu des effets dévastateurs sur la présence des deux fleurons français du transport de voyageurs.

Cette année-là, la SNCF n’a maintenu que 58 % de ses 1,88 milliard de clients par rapport à l’année précédente, pourtant marquée par une importante grève. Et cette proportion atteint 33 % des 104 millions de voyageurs d’avant la crise pour le groupe qu’Air France forme avec le néerlandais KLM.

Celui-ci a quelque peu rebondi en 2021 (43 % des voyageurs en 2019), alors que la SNCF retrouvait 71 % de ses voyageurs d’avant-crise et offrait même un bénéfice annuel grâce à une attribution. . Pondérée par ses coûts fixes, Air France-KLM a, quant à elle, perdu 3,3 milliards d’euros supplémentaires l’an dernier, portant les pertes totales dues au Covid-19 à environ 11 milliards.

4 milliards d’euros pour la SNCF

L’État français est venu à son secours : la SNCF a reçu plus de 4 milliards d’euros du plan de relance, tandis que les pouvoirs publics ont participé à la recapitalisation d’Air France-KLM, doublant sa participation à 28,6 %, et accepté de convertir un prêt de 3 milliards en quasi-fonds propres.

Signe d’un début d’amélioration, les entreprises, plus performantes après les plans d’économies, ont commencé à se désendetter. Cependant, ceux-ci s’élevaient encore à 26,3 milliards d’euros pour la SNCF à fin 2021 et à 7,6 milliards d’euros à fin mars 2022 pour Air France-KLM.

La SNCF, détenue à 100% par l’État, n’est pas autant sous pression que le groupe aérien coté en bourse, bien que le gouvernement l’exhorte à économiser de l’argent et à vendre des actifs.

Une deuxième recapitalisation – encore dans les limbes – sera nécessaire pour conjurer le spectre de la faillite d’Air France-KLM et, à terme, lui permettre de se refinancer sur des marchés actuellement ébranlés par l’invasion russe de l’Ukraine, le retour de l’inflation et le choc pétrolier.

Et comme toute industrie, elle émet de la pollution : air, eau, bruit, déchets, déchets chimiques… Par exemple, un bateau de croisière produit 7 000 tonnes de déchets par an. Le tourisme représente également 60% du trafic aérien et est donc une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre.

Comment le tourisme s’est développé ?

Comment le tourisme s'est développé ?

Il a commencé à se développer dans les années 1950. Jusque dans les années 1980, le tourisme était en phase de démocratisation. Une période favorisée par une forte croissance économique et un meilleur niveau de vie. Les revenus augmentent et les travailleurs ont droit à des vacances (congés payés).

Quels sont les aspects positifs du tourisme ? Impacts positifs du tourisme. Le tourisme joue un rôle important dans le développement social par la création d’emplois, la redistribution des revenus et la réduction de la pauvreté. De nombreux autres avantages découlent du tourisme, à la fois environnemental et social.

Pourquoi le tourisme progresse ?

Cependant, ce total a été atteint deux ans plus tôt que prévu, les arrivées internationales affichant des niveaux de croissance notables ces dernières années. Une accélération qui s’explique par la forte expansion économique, des évolutions technologiques plus accessibles, de nouvelles …

Comment expliquer le développement du tourisme international ?

Le tourisme est aujourd’hui l’un des principaux acteurs du commerce international et, en même temps, constitue l’une des principales sources de revenus pour de nombreux pays en développement. Cette croissance s’accompagne d’une plus grande diversification et concurrence entre les destinations.

Comment le tourisme Crée-t-il de la richesse ?

Avec plus de 80 millions d’euros de retombées, le tourisme occupe une place prépondérante dans l’économie du territoire. Facteur d’attractivité, le tourisme est aussi un enjeu de développement et de croissance pour l’ensemble des acteurs locaux. Le poids du tourisme se répercute à plusieurs niveaux.

Quel est le but du tourisme ?

Quel est le but du tourisme ?

Son objectif est de permettre à chacun de partir en vacances et de pratiquer des activités de loisirs. Véritable branche importante du secteur touristique, elle vise à rendre « le droit aux vacances » effectif et réel.

Quelle est l’importance du tourisme dans le monde ? Quoi qu’il en soit, le tourisme mondial reste très important et les dépenses touristiques sont une aubaine pour les pays d’accueil, dont la France. Les revenus du tourisme contribuent au développement de l’économie et ce secteur d’activité représente une importante source d’emplois.

Quels sont les avantages du tourisme ?

Quelques avantages touristiques

  • Économique. Les revenus générés par le tourisme représentent une part importante des revenus privés, locaux et nationaux. …
  • Opportuniste et promotionnel. …
  • Les infrastructures. …
  • Interculturel. …
  • Environnemental. …
  • Culturel. …
  • L’économie des services. …
  • Financement déséquilibré

Qu’est-ce qui caractérise le tourisme ?

Le tourisme comprend les activités exercées par des personnes lors de leurs voyages et séjours dans des lieux extérieurs à leur environnement habituel pendant une période consécutive n’excédant pas un an, pour des raisons de loisirs, d’affaires et d’autres raisons non liées.

Quel est l’objectif du tourisme ?

Objectif 1. Le tourisme, qui est l’un des secteurs économiques les plus vastes et à la croissance la plus rapide au monde, est bien placé pour promouvoir la croissance et le développement économiques à tous les niveaux et pour générer des revenus grâce à la création d’emplois.

Quels sont les atouts touristiques du Cameroun ?

Quels sont les atouts touristiques du Cameroun ?

On peut citer notamment :

  • le parc national de Korup, qui contient des espèces végétales vieilles de millions d’années ;
  • la réserve du Dja, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO ;
  • Mont Cameroun, 4070 m d’altitude ;
  • les sites Mayo Rey avec des empreintes fossilisées de dinosaures ;

Quelle est l’importance du tourisme au Cameroun ? Le tourisme permet de renforcer les liens de coopération avec d’autres nations, de découvrir de nouveaux horizons, de favoriser la visibilité du Cameroun à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.