8 conseils pour mieux gérer vos angoisses

L’anxiété, qui ne semble pas survenir sans raison apparente et provoque une sensation d’inconfort diffus, reste difficile à gérer. Avec leurs symptômes gênants, les états anxieux deviennent de véritables perturbateurs d’équilibre pour certaines personnes. Cependant, en utilisant quelques méthodes simples et accessibles, il est possible de mieux gérer vos soucis.

Qu’est-ce que l’angoisse ? 

Qu'est-ce que l'angoisse ? 

L’anxiété est un sentiment diffus de malaise. C’est une réaction déclenchée par des pensées, des sentiments et des comportements. Mind-building, il fera le lien avec des événements négatifs ou des émotions douloureuses. Contrairement au stress, qui survient dans des conditions spécifiques et réelles, l’anxiété est causée par l’anticipation d’une situation défavorable (passée, présente ou future).

Dans les contextes anxieux, il n’y a donc pas de danger immédiat. Mais la peur provoquée génère des réactions, envers soi-même et les autres. Cette surveillance modifie l’équilibre psychique, physique et émotionnel.

Lorsque l’anxiété devient pathologique et nuit à la vie quotidienne, il est conseillé d’être accompagné. À cette fin, La Clinique E-Santé propose une thérapie en ligne, qui ne nécessite ni rendez-vous ni déplacement. Le téléphone (ou l’ordinateur) suffit : le suivi psychologique se fait à distance, via un espace de messagerie accessible toute la semaine, à toute heure. Les bienfaits de cette psychothérapie déprimante sont nombreux : gain de temps, charge mentale réduite, résultats rapides… Si vous souffrez d’anxiété, la thérapie numérique peut vous aider. Cliquez ici pour voir toutes les informations.

Pour Closer, Christèle Albaret, psychosociologue et fondatrice de La Clinique E-Santé, explique : « Je suis une grande adepte de la thérapie numérique, tout simplement parce que j’observe ses résultats depuis plus d’un an. internet Certains avaient été suivis pendant des mois voire des années au cabinet, ils ne se manifestaient pas Non pas parce que ce n’est pas Les thérapies au cabinet fonctionnent, bien au contraire, mais parce que pour certains, le soutien de renforcement beaucoup de gens ont besoin de soutien moral et de force dans ce contexte qu’ils ont, et la thérapie numérique le met permettent de ne pas mettre de restrictions à la guérison : le Psychologue est disponible quotidiennement Les Patients peuvent lui écrire en pleine nuit via la demande, ils auront une réponse en moins de 24h Le psychologue est là, dans cette souffrance, avec eux, partout et jusqu’au bout. C’est un lien extraordinaire qui a été créé. « 

Il existe de nombreux types de troubles anxieux. Une crise d’angoisse est une expression plus intense de l’anxiété. Les symptômes d’une crise d’angoisse se manifestent de quatre manières : émotionnelle, physiologique, cognitive et comportementale. Rapidement, elle peut devenir chronique, notamment dans le cas du trouble anxieux généralisé (TAG), qui est un état d’anxiété permanent. En termes d’attaque de panique, il s’agit d’une attaque d’anxiété dans sa forme la plus aiguë. Lorsque des crises de panique se développent régulièrement, on parle alors de trouble panique.

L’anxiété, aussi intense soit-elle, ne répond pas à des causes objectives. C’est une réponse à l’interprétation faite d’une situation ou d’une expérience. Cette angoisse nourrit différentes peurs : la peur de ne pas trouver de travail, la culpabilité d’avoir dit non à quelqu’un… Notamment ces interprétations et prédictions sur lesquelles vous pourrez intervenir pour mieux gérer vos inquiétudes.

Comment faire pour mieux gérer ses angoisses ? 

Comment faire pour mieux gérer ses angoisses ? 

Reprendre le contrôle des soucis est possible, voici huit conseils à appliquer pour mieux les gérer.

Conseil n°1 : Combattez la peur

Avoir des peurs est tout à fait normal. De plus, il existe cinq peurs communes : la peur existentielle, la peur de mourir, la peur de la distorsion, la peur de la perte d’autonomie, la peur de la séparation et la peur de perdre l’ego de quelqu’un.

Il est important de vous interroger sur les peurs associées à vos préoccupations. Évidemment, le faire sous l’influence des émotions et de l’anxiété sera complexe. Une fois que vous avez réussi à prendre du recul et à vous éloigner de vos préoccupations, essayez d’y réfléchir un instant pour passer à l’action.

En effet, pour calmer la peur, il faut la transformer en désir. Voici quelques exemples:

Alors, pour affronter vos peurs, faites cet exercice : prenez une feuille de papier et dessinez deux colonnes. Sur la gauche, écrivez vos peurs. D’accord, transformez ces peurs en désirs. Bravo : vous avez commencé à affronter les peurs qui sont à l’origine de vos inquiétudes.

Astuce n°2 : Rationaliser les peurs

Il est difficile de rationaliser l’émotion, surtout lorsqu’il s’agit de peur. En effet, les schémas de pensée s’avèrent beaucoup plus courts lorsque vous êtes pris dans vos angoisses. La boucle de la rumeur, sur laquelle se fixent les inquiétudes, limite, voire stoppe, toute réflexion cohérente. Cependant, il existe une technique assez efficace, à condition de décider de la dérouler jusqu’au bout. Il s’agit de faire taire le « et si » qui accompagne vos états anxieux.

Les angoisses se nourrissent de l’anxiété changeante et votre système de pensée y ajoute une couche en vous faisant croire au pire : et si je perdais mon emploi, et si j’avais un cancer, et si je me trompais, etc. En pensant ainsi, des peurs imaginaires sont nourries. Il est possible de reprendre le pouvoir sur cette condition : vous devez accepter que, si la situation la plus effrayante devait se présenter, vous auriez la capacité d’y faire face.

Voici un autre exercice à appliquer : ne vous limitez pas au « et si », allez plus loin. Par exemple, si vous deviez perdre votre emploi, que feriez-vous ? Vous feriez face à la situation, en prenant les décisions qui vous sembleraient justes sur le moment. Car face au danger réel, au quotidien, au-delà de la peur que vous ressentez, vous faites face à la situation. N’oubliez pas que la peur n’est qu’un sentiment d’anxiété causé par l’anticipation.

Astuce n°3 : Écoutez votre intuition

Votre intuition est un excellent outil. Il vous guide, vous avertit des dangers à éviter et vous oriente vers les bonnes décisions à prendre. Le repos progressif de votre esprit vous permettra de faire appel plus régulièrement à votre intuition. En fait, trop d’activité cérébrale, liée à une mauvaise hygiène de vie et à une surutilisation des médias, conduit à l’instinct.

Pour renouer plus facilement avec votre intuition, repensez à vos dernières expériences intuitives : quels en ont été les signes ? N’hésitez pas à faire des pauses fréquentes pour vous laisser guider. A cet effet, la relaxation sera d’un grand soutien.

Pour mieux gérer l’anxiété, il est essentiel que vous vous accordiez du temps pour vous reposer. Des moments de tranquillité d’esprit et de silence vous aideront à vous ressourcer. Pour multiplier les bienfaits, plusieurs techniques et méthodes s’appliquent.

Tout d’abord, en pratiquant la coordination cardiaque, vous diminuez votre fréquence cardiaque, qui augmente significativement en cas d’anxiété. Transformer la cohésion cardiaque en une routine quotidienne vous permettra de voir des résultats rapidement. Le premier exercice simple à essayer est le suivant : respirez par le nez pendant trois secondes en gonflant votre ventre, bloquez l’entrée d’air en vous pendant encore trois secondes puis expirez par la bouche en laissant votre ventre s’aplatir.

Pour se détendre tout en apprenant à mieux gérer tous ses états émotionnels, la méditation pleine conscience est fascinante. En plus de vous amener à vivre l’instant présent, en favorisant la manifestation sensorielle, la méditation aide notamment à vous libérer des pensées ruminantes qui alimentent l’anxiété. Cependant, les bénéfices mettent plus de temps à apparaître que pour la cohésion cardiaque.

Qu’il s’agisse de cohésion cardiaque ou de méditation, il est possible de trouver des vidéos et des applications en ligne pour vous accompagner dans votre pratique et votre évolution.

Conseil 5 : maintenez un mode de vie sain

Pour mieux gérer vos soucis, vous devez prendre soin de vous en amont. Pour cela, parier sur votre style de vie est incroyable. Dormir suffisamment et de qualité, avoir une alimentation équilibrée, être bien entouré et avoir la possibilité de parler à des personnes bienveillantes sont autant de clés pour favoriser le bien-être.

L’alcool, ainsi que les substances psychoactives, doivent être évités. Bien que ces produits puissent vous procurer une sensation de confort en ce moment, ils sont très susceptibles d’augmenter votre anxiété car vous en aurez de plus en plus besoin.

Encouragez vos mouvements corporels en pratiquant une activité physique, que ce soit la marche, le yoga, la danse ou même la boxe ! Lors de promenades dans les bois ou les tours de piste, l’essentiel est que vous puissiez enfin vider les charges émotionnelles pour apaiser les tensions. Cela va booster la libération d’hormones stimulant votre appétit voire votre euphorie : l’endorphine et la dopamine sont parfaites à petites doses pour vous aider à apaiser vos soucis.

Astuce n°6 : Mettre en place un traitement

Des traitements naturels existent et vous aideront à soulager et à prévenir vos états anxieux. Certaines personnes préfèrent recourir à l’homéopathie quand d’autres se tournent vers les huiles essentielles (lavande vraie, orange douce, coque de marjolaine…), mais aussi les plantes, sous forme de renversements ou de gélules (passiflore, valériane, aubépine…).

Évidemment, si les soucis sont intenses et gênent fortement votre quotidien, le médecin ou le psychiatre pourra vous prescrire des traitements médicamenteux anxiolytiques, mais ils seront systématiquement accompagnés d’un suivi psychologique afin d’établir la cause de votre état. anxieux.

Astuce # 7 : Rédaction et évaluation

Essayez de retranscrire, chaque soir, le débordement émotionnel de votre journée pour vous en libérer. Cela va vider votre cerveau, mais aussi vous aider à prendre de la distance avec les difficultés et à adopter un autre angle de lecture.

Vous pouvez y joindre un baromètre, en inscrivant chaque jour une note sur dix en fonction de vos conditions quotidiennes d’anxiété. La rédaction d’événements inquiétants accompagnée d’une analyse de votre outil de mesure vous permettra d’identifier les déclencheurs de vos préoccupations, facilitant leur résolution. Cela peut se faire dans le cadre sécuritaire de la psychothérapie.

Astuce # 8 : Commencez la thérapie

Pour avancer plus efficacement dans la gestion des inquiétudes, il est parfois nécessaire de rechercher les causes sous-jacentes, les peurs et les mécanismes de défense associés. De nombreuses approches se sont avérées efficaces. Par exemple, la zoologie et l’acupuncture sont intéressantes, cependant, si le traumatisme est fondamental, alors l’hypnose, l’EMDR ou l’approche NERTI s’appliquent également.

Pour un accompagnement dans la durée, les thérapies comportementales et cognitives proposent un état des lieux, une meilleure acceptation, une prise de conscience puis un lâcher-prise par un travail sur les pensées, les émotions et les comportements associés. Une psychothérapie intégrée à visée analytique est également possible.

La psychothérapie, en allant à la racine du problème, permet de soigner, d’éviter les rechutes et les récidives en limitant les risques d’effets secondaires. Il agit à la fois sur les sources internes et externes d’anxiété pour vous soulager des symptômes, tout en déclenchant des effets positifs sur la confiance, l’estime de soi et l’amour de soi.

Les inquiétudes viennent d’une inquiétude dispersée, qui est présente en permanence. Une meilleure gestion des états anxieux nécessite d’expérimenter des techniques spécifiques pour affronter les peurs réelles associées, car il est impossible d’interférer avec la peur imaginaire. L’évitement est un réflexe d’exclusion, car c’est une forme de tolérance qui renforce le mal-être. A l’inverse, l’utilisation de diverses méthodes comme la relaxation, la rationalisation ou encore l’écriture favorise le bien-être. Le traitement peut soulager les symptômes, mais la psychothérapie reste nécessaire pour travailler sur les causes sous-jacentes.

Comment faire pour diminuer l’anxiété ?

Comment faire pour diminuer l'anxiété ?

Voici quelques conseils :

  • Refroidissez votre anxiété. …
  • Serrer vos poings. …
  • Dites une petite phrase apaisante. …
  • Laissez-vous ressentir cette anxiété…
  • Laissez couler vos larmes. …
  • Mettez les réseaux sociaux de côté…
  • Observez votre environnement. …
  • Écrivez vos sentiments.

Comment se débarrasser d’un trouble anxieux généralisé ?

Comment se débarrasser d'un trouble anxieux généralisé ?

Les antidépresseurs ayant une AMM dans le traitement de l’anxiété généralisée sont : les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) comme la paroxétine, l’escitalopram, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) comme la venlafaxine.

Quel est l’antidépresseur le plus efficace ?

Quel est l'antidépresseur le plus efficace ?

Antidépresseurs les plus efficaces : amitriptyline (Elavil, Tryptanol, Endep, Elatrol, Tryptizol, Trepiline, Laroxyl et Redomex) mirtazapine (Norset et Remeron) paroxétine (Paxil, Deroxat et Seroxat) venlafaxine (Effexor)

Quel est le meilleur médicament contre l’anxiété ?

Le clonazépam (Rivotril)*, l’alprazolam (Xanax) et le lorazépam (Ativan) sont les benzodiazépines les plus prescrites pour traiter l’anxiété, mais les médecins prescrivent également le bromazépam (Lectopam), l’oxazépam (Serax), le chlordiazépoxide (anciennement connu sous le nom de Librate), …

Quel est le meilleur médicament pour l’anxiété généralisée ? Les benzodiazépines et les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine noradrénaline (IRSN) sont les traitements pharmacologiques les plus reconnus et les plus couramment prescrits pour le trouble anxieux généralisé (TAG).

Quel est le meilleur antidépresseur pour l’anxiété ?

Ce groupe de médicaments, y compris la fluoxétine (Prozac), la paroxétine (Paxil), la fluvoxamine (Luvox), le citalopram (Celexa), l’escitalopram (Cipralex) et la sertraline (Zoloft), est généralement le premier choix pour traiter la dépression et les troubles anxieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.