49 pays ont espionné des millions d'enfants pendant la pandémie

Pendant la pandémie de Covid-19 et les incarcérations multiples, de nombreux pays ont utilisé le logiciel éducatif EdTech pour fournir une éducation en ligne à des millions d’enfants. Le problème, c’est que certaines plateformes n’ont pas hésité à collecter les informations personnelles de leurs mineurs à leur insu. En tout cas, cela ressort clairement du dernier rapport de MTÜ Human Rights Watch.

Comme vous le savez, de nombreux pays à travers le monde ont choisi de contenir le Covid-19 lors d’une pandémie. En fait, des centaines de millions d’enfants se sont retrouvés coincés à la maison et forcés d’apprendre via des plateformes en ligne. En France, ce fut le cas de Ma Classe à la maison, une plateforme qui a frappé par ses échecs à répétition, provoqués notamment par de nombreuses cyberattaques.

Or, comme nous le savons grâce au dernier rapport de Human Rights Watch, les gouvernements de 49 pays, dont la France, ont violé les droits de millions d’enfants en faisant la publicité de logiciels et de plateformes éducatives qui ne protègent pas la vie privée de leurs mineurs.

Les données de millions d’enfants collectées à leur insu

Les données de millions d'enfants collectées à leur insu

Ce rapport, intitulé « Violations of Children’s Rights by Governments Supporting Online Learning during the Covid-19 Pandemic », est basé sur une analyse technique et politique de 164 technologies éducatives (EDTech) par une ONG et plusieurs médias internationaux, dont Mediapart. utilisé dans 46 pays.

Cette enquête donne un aperçu de 290 entreprises, qui ont toutes collecté, traité ou reçu des données sur des millions de mineurs depuis mars 2021. Sur les 164 produits EdTech examinés par l’ONG et le consortium de médias, 146 se sont livrés à des pratiques de collecte de données qui ont violé les droits de l’enfant. droits.

Entre autres choses, ces produits pouvaient surveiller les activités en ligne des enfants sans leur consentement ou celui de leurs parents. De nombreuses informations personnelles ont été collectées, telles que leur identité complète, leur situation géographique, leurs résultats scolaires, l’identité des membres de la famille et les appareils utilisés par les enfants.

Lire aussi : La restriction montre que 30% des adolescents ne peuvent plus utiliser un ordinateur

Une surveillance en ligne totale, même après la classe

La plupart de ces plateformes ont introduit des technologies de suivi qui surveillaient les activités en ligne des enfants en dehors des heures de classe virtuelle. Cela ne peut pas être résolu à moins que vous ne changiez d’appareil ou n’utilisiez un VPN.

Sur la tarte aux cerises, certaines des entreprises à l’origine de ce logiciel éducatif ont envoyé ou donné accès à des données juvéniles à des entreprises Ad Tech. Ou des sociétés spécialisées dans la programmation de l’achat/vente d’espaces publicitaires en ligne.

En effet, les plateformes éducatives s’adressent aux enfants avec des publicités personnalisées. « En utilisant les données des enfants – extraites d’un contexte éducatif – pour les cibler avec du contenu personnalisé et des publicités de suivi en ligne, ces entreprises ont non seulement déformé les expériences en ligne des enfants, mais ont également risqué d’influencer leurs opinions et leurs croyances. leur vie alors qu’ils étaient très ouverts aux interventions manipulatrices », confirme l’ONG.

Chaque gouvernement a approuvé l’un de ses produits

Chaque gouvernement a approuvé l'un de ses produits

Selon Human Rights Watch, 45 gouvernements sur 46 (à l’exception du Maroc) ont reçu au moins un produit EdTech qui mettait en danger ou compromettait les droits des enfants. A noter que la plupart des éditeurs de logiciels éducatifs ont expédié gratuitement leurs produits aux États pour répondre aux besoins urgents des pays en plateformes éducatives.

Ce faisant, les gouvernements concernés ont évité de financer les coûts réels de mise en place de l’éducation en ligne des enfants, au détriment du droit à la vie privée de leurs mineurs. En effet, peu de pays ont vérifié que ces technologies éducatives sont sans danger pour les enfants à tous les niveaux.

Bien entendu, l’ONG a partagé les conclusions de ce rapport avec les 95 entreprises EdTech, 196 entreprises Ad Tech et 49 gouvernements mentionnés dans cette étude. Au 24 mai 2022, un total de 48 entreprises EdTech, 78 entreprises Ad Tech et 10 gouvernements ont officiellement répondu.

La plupart des entreprises EdTech ont nié avoir collecté des données auprès d’enfants, tandis que les entreprises de marketing en ligne ont nié savoir que les données reçues appartenaient à des enfants. Ils ont même renvoyé la balle à leurs clients en disant qu’il était de leur devoir de ne pas transmettre de données appartenant à des mineurs.

Suite à la publication de ce rapport, Human Rights Watch a lancé une campagne mondiale, soutenue par les enseignants, les parents, les médias et les associations, pour demander une protection supplémentaire pour les enfants qui apprennent en ligne.

Demandez nos derniers articles !

Les hackers chinois espionnent l’armée russe depuis des mois

Les experts des points de contrôle ont enregistré une nouvelle attaque contre les infrastructures russes depuis la Chine. Cette dernière a pris la forme d’une campagne de phishing contre deux instituts de recherche militaire. Depuis le début…

Ces pirates utilisent un simple fichier PDF pour injecter de terribles logiciels malveillants dans votre ordinateur

Les pirates font constamment preuve d’ingéniosité pour trouver des moyens d’infiltrer les ordinateurs des utilisateurs et de les infecter avec de terribles logiciels malveillants. Les chercheurs en sécurité informatique de HP Wolf Security ont découvert une nouvelle campagne malveillante axée sur…

Streaming sportif : Arcom annonce le blocage de 400 sites piratés depuis janvier 2022

Au Festival de Cannes, le nouveau gendarme du numérique ARCOM a présenté les résultats de la lutte contre le piratage sportif de janvier 2022. L’institution est fière d’annoncer qu’elle a bloqué au moins 400 ans depuis sa création…

Anonymous déclare la guerre au groupe de hackers pro-russe Killnet

L’équipe anonyme a fait une déclaration forte sur les réseaux sociaux. Des hackers ont officiellement lancé une cyberguerre contre le groupe pro-russe Killnet, qui s’en est pris récemment aux institutions européennes. Plusieurs semaines après les hackers anonymes officiellement…

Fraude DHL : attention, les pirates se font passer pour un service de livraison pour vider votre compte bancaire

Une nouvelle escroquerie de colis est actuellement en cours. Pour piéger leur victime, les pirates ont créé un site d’imitation de DHL pour soi-disant résoudre le problème de livraison. Après une petite discussion, le chat bot…

Vos informations personnelles sont revendues 376 fois par jour

Nous savons que nos employés parcourent le Web tous les jours, mais il est difficile d’imaginer à quel point. La dernière étude de l’ICCL nous aidera à quantifier cela. En Europe, nos données sont…

iPhone : Attention, ce malware fonctionne même lorsque votre smartphone est éteint !

Vous pourriez penser que votre iPhone est protégé contre les logiciels malveillants lorsqu’il est éteint. Une équipe de chercheurs vient de prouver le contraire, en utilisant des vulnérabilités en mode basse consommation, qui est l’état réel de l’iPhone lorsqu’il est…

Apple, Microsoft et Facebook sont les cibles privilégiées des campagnes de phishing

Vade, société spécialisée dans la sécurité informatique, vient de publier un rapport sur le phishing et les malwares pour le 1er trimestre 2022. Selon les données recueillies par l’entreprise, la quantité de logiciels malveillants a augmenté de manière explosive au début de l’année, lorsque…

Des milliers de sites vous espionnent en tapant sur votre clavier

Une étude récente montre que plusieurs milliers de sites sont capables d’espionner tout ce que vous tapez sur votre clavier. Il n’est pas nécessaire d’envoyer le formulaire pour cela, il suffit de remplir les champs des données à enregistrer. Identifiants et…

La Russie a piraté un réseau satellite pour couper Internet en Europe, Starlink a résisté à une cyberattaque

Hier, l’Union européenne a annoncé que la Russie avait lancé une cyberattaque à grande échelle sur un réseau satellite fournissant un accès Internet à travers le vieux continent. Le piratage a eu lieu fin février, en prévision de l’invasion de l’Ukraine par l’armée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.